Recherche:Ce que le mouvement Wikimédia nous apprend sur l'Homme et la Société globalisée/Dix ans de participation

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikimedia Community Logo.svg
Wikimedia-research-fr.png
Dix ans de participation au sein du mouvement Wikimédia
(Travail de recherche)

Cette page de l’espace Recherche, dépend de la faculté Socio-anthropologie. Consultez le portail de l'espace recherche ou pour plus de détails l'index des travaux de recherche par faculté.

Toutes les discussions sur ce sujet doivent avoir lieu sur cette page.


Par Lionel Scheepmans.

Tout a commencé le 11 juin 2008 à 22 h 24 (UTC) très exactement. Ce fut le moment précis où je cliquais pour la première fois sur le bouton « Créer votre compte » affiché sur une des millions de pages que comporte le projet Wikipédia francophone[1]. Si je me souviens de cette instant si précisément, ce n'est pas grâce à ma mémoire, ni à un carnet de notes, mais parce que depuis ce moment, chacune de mes actions au sein du projet furent enregistrées sur les serveurs informatiques de la fondation Wikimedia.

A cette époque, j'étais loin de réaliser que c'était le cas pour toute personnes modifiant un jour l'un des projet hébergé par la fondation Wikimédia. Je ne savais pas non plus que l'on pouvait consulter ces informations de façon publique. Pour tout dire, j'étais comme tout le monde, ignorant de la puissance informatique cachée dans le réseau Internet. Je n'étais qu'un newbe, un peon comme le disent les Wikipien, incapable de cerner les enjeux de cette révolution numérique qui prenait cours sous mes yeux et à laquelle je participais sans même le savoir. C'était le le 11 juin 2008, plus de dix ans avant que je devienne, année de pratique, après année d'apprentissage, un geek au sein de mon laboratoire d'anthropologie prospective, considéré à tord ou à raison comme spécialiste de Wikipédia.

Sans pour autant faire partie des digital native, ma vie numérique n'a bien sûr pas commencé avec Wikipédia et pour la petite histoire, je suis né en janvier 1969, un peu plus de 9 mois avant le tout premier message transmit sur Arpanet[2]. C'était l'époque le transistor était abandonné au profit du circuit intégré dans la construction des ordinateurs. A l'age de deux ans, j'aurai pu assisté à la première émission en couleur de la RTBf diffusée dans un épisode du « jardin extraordinaire ». Mais l'arrivée de la télévision couleur arriva plus tard dans notre famille et ce fut l'occasion de recycler notre télévision noir et blanc en jeux d'arcade vidéo. Mon père y avait installé un jeux Ping Pong électronique qui nous enchantait. De mon enfance, je me souviens aussi du plaisir que j'éprouvais lors des ducasses d'été où je dépensais l'argent reçu par ma famille entre les auto-scooter et le Luna Parck. J'avais des amis chez qui je pouvais jouer à pack-man. Leur père s'intéressait à l’informatique et avait fait la possession d'un commodore 64 réputé pour être l'ordinateur ayant été le plus vendu au monde jusqu'à ce jour avec plus de 17 millions d'exemplaire et dont le premier fut fabriqué en 1982. C'était le plein essore de l'ordinateur personnel avec la sortie en 1981 de l'IBM Personal computer et la vente de million d'exemplaires dont l'architecture ouverte fut à l'origine de tous les ordinateurs produite aujourd'hui.

L'arrivée des ordinateurs personnels sonna le glas d'une coopération transparente au sein des informaticiens. De ce nouveau marché découla l'apparition de nombreux brevets et copyrights sur les codes informatiques qui rapidement obligèrent les programmeur à garder secret les codes indispensables au bon fonctionnement des machine. hold-up planétaire[3] don profitat Bill Gate et sa companie Microsoft profitant de la négligence de la société IBM lors de la signature d'un contrat assurant les droits excusifs sur le système d'exploitation équipant les

W21-1a.svg

Lionel Scheepmans (lui écrire) est en ce moment même en train de travailler en profondeur sur cette page. Merci de ne pas modifier celle-ci afin de limiter les risques de conflit de versions jusqu’à disparition de cet avertissement .


Enlevez ce modèle dès que le travail est fini ; si le travail doit être continué, utilisez le modèle : {{Pas fini}}.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. « Tous les journaux publics », dans Wikipédia (lire en ligne)
  2. Leonard Kleinrock's Home Page sur www.lk.cs.ucla.edu. Consulté le 2019-03-04
  3. Roberto Di Cosmo et Dominique Nora, Le hold-up planétaire: la face cachée de Microsoft, France Loisirs, 1998 (ISBN 9782744121760) [lire en ligne] 
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «  », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.