Recherche:Agencement de clavier axé sur une proximité des homologies fonctionnelles à destination d’un logiciel d’édition modal

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Desktop computer clipart - Yellow theme.svg
Agencement de clavier axé sur une proximité des homologies fonctionnelles à destination d’un logiciel d’édition modal

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté linguistique. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.


L’objectif de ce projet est d’aboutir à :

  • une spécification d’agencement de clavier conforme au titre du projet, dont une explication plus en détail sera également fourni ;
  • fournir des fichiers de configuration et autres outils permettant d’utiliser l’agencement proposé.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Ce projet part du constat que, dans Vim, en dehors des déplacements monocaractères de base[notes 1], l’agencement du clavier n’est pas optimisé pour offrir une congruence entre positionnement spatiale et proximité fonctionnelle des touches. C’est le plus souvent des considérations de moyen mnémotechnique reposant sur les initiales de mots anglais qui a conduit aux choix opérés.

En excluant les touches de fonction et , un clavier qwerty dispose de 47 touches de caractère utilisés par vim. Avec la touche majuscule, cela porte à 94 le nombre d’actions accessibles dans le mode normal. En ajoutant la touche contrôle, cela pourrait potentiollement représenter 141 actions directement accessibles, bien que dans les fait de multiples touches sont déjà souvent déjà occupé du fait d’autres considérations[2]. De même les combinaisons <contôle-majuscule-caractère> sont souvent innopérantes, sans quoi cela porterait à 188 le total d’action directement atteignable depuis un seul mode.

Une première typologie permet de les classer ainsi :

  • 42 actions de déplacement
  • 30 commandes
    • dont N modifiant le mode courant, parmi lesquels
      • N restant en mode normal
      • 11 bascules en mode insertion
      • N bascules en mode ex
      • 1 bascule en mode remplacement
  • 10 opérateurs, pouvant être éventuellement modulés par des opérandes
  • 4 actions spéciales qui requièrent une séquence complémentaire.


À faire:


Représentation matricielle de la disposition de Vim sur un clavier qwerty
~ ! @ # $ % ^ & * ( ) _ +
` 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 - =
Q W E R T Y U O P { } |
q w e r t y u o p [ ] \
A S D F G H J K L : "
a s d f g h j k l ; '
Z X C V B N M < > ?
z x c v b n m , . /

Notation[modifier | modifier le wikicode]

 ⟲ 
répéter

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Dans vi et et ses successeurs h, j, k, l correspondant respectivement au déplacement gauche, bas, haut, droit (←, ↓, ↑, →). Ce choix est d’ailleurs lui-même suboptimal par rapport à la position de base des doigts sur le clavier. Ce choix a en réalité conduit par les caractères qui était dessinées sur le terminal ADM-3A qu’utilisait Bill Joy au moment de la création de vi[1]Erreur de référence : Balise fermante </ref> manquante pour la balise <ref>.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Here is why vim uses the hjkl keys as arrow keys - good coders code, great coders reuse
  2. Ainsi <C-s> et <C-q> sont historiquement associé au contrôle du flux du terminal, sous lequel vim opère le plus souvent.

Ressource afférentes[modifier | modifier le wikicode]