Leçons de niveau 15

Maximes de Grice/Calcul de l'implicature

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Calcul de l'implicature
Icône de la faculté
Chapitre no
Leçon : Maximes de Grice
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Maximes de Grice : Calcul de l'implicature
Maximes de Grice/Calcul de l'implicature
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le sens supplémentaire d'un énoncé par rapport au sens littéral se nomme implicature et dépend du contexte. Les implicatures ont plusieurs propriétés.

Le calcul de l'implicature désigne la déduction que peut faire l'allocutaire. Dans l'exemple Adam : "Tu veux du café ? " Sophie : "-Le café m'empêche de dormir.", l'implicature est que Sophie ne veut pas de café. Le calcul que fait Adam est le suivant : nous sommes en fin d'après midi (contexte extralinguistique), Sophie veut dormir la nuit suivante et le café empêche de dormir (connaissance du monde), elle ne veut donc pas de café. Un tel raisonnement se fait le plus souvent inconsciemment, mais il peut toujours être explicité. C'est pourquoi les implicatures ont la propriétés d'être calculables.

Afin de calculer l'implicature, on s'aide du contexte extralinguistique : la situation des locuteurs (contexte spatio-temporel, relation entre les locuteurs…). Le contexte linguistique peut aussi aider : parfois, ce sont des éléments du langage lui-même et ce qui a été dit/écrit avant qui permettent de comprendre l'implicature. On s'aide enfin de la connaissance du monde. Soit l'exemple suivant : Je n'ai pas pu mettre le cahier dans le sac car il était trop grand/Je n'ai pas pu mettre le cahier dans le sac car il était trop petit. Dans la première phrase, l' anaphore "il" désigne le cahier, dans la deuxième, c'est le sac. Le locuteur le sait grâce à la connaissance des notions de contenant et contenu, présentes dans le monde. Une telle connaissance est plus difficile à acquérir pour une intelligence artificielle.

On dit d'un énoncé contenant un sens au-delà du sens littéral qu'il déclenche une implicature. Une implicature déclenchée dans un contexte très particulier est dite particularisée. Soit l'exemple : Adam : Tu peux me passer 50 centimes pour le café ? Sophie : Mon porte-monnaie est sur la table. Adam se dira que la maxime de relation semble violée, mais comme il part du postulat que Sophie est coopérative, il supposera que Sophie veut en fait lui dire "tu peux prendre les cinquante centimes dans mon porte-monnaie". Pourtant, dans un contexte où la table est très éloignée de la machine à café, cette implicature peut être l'incapacité de Sophie à répondre positivement à la requête d'Adam : mon porte-monnaie est très loin, ou j'ai oublié mon porte-monnaie, je ne peux donc pas te passer cinquante centimes. Ce cas spécifique est un exemple d'implicature particularisée. Le terme contraire est généralisé. Soit ce qui semble une transgression de la maxime de relation ainsi que de quantité : Sophie : Lidia comprend-elle la physique ? Adam : elle est prof de langues, tu sais. Dans un très grand nombre de contextes, l'implicature est que Lidia ne comprend pas la physique.

Les implicatures conversationnelles sont annulables : dans l'exemple où Adam propose du café à Sophie, cette dernière peut répondre : "le café m'empêche de dormir, mais j'en veux bien". L'implicature est alors annulée. Elles sont aussi renforçables, dans la mesure où Sophie peut ajouter "donc non merci" après "le café m'empêche de dormir" : l'implicature est explicitée sans qu'il n'y ait de redondance.