Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Travail pratique/Conception de l’espace-problème/Free labor

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Free labor[modifier | modifier le wikicode]

[1] «Le free labor est ce moment où toute une consommation avisée de culture se traduit en un excès d’activités productives, qui sont embrassées avec plaisir, mais qui se trouvent en même temps souvent exploitées de façon éhontée».

[2] «Fans, bloggeurs, contributeurs à des sites collectifs ou à des listes de diffusion, voire invités de téléréalité : autant de formes de main-d’œuvre non rémunérée qui relèvent du PLAYBOR, mélange indissociable de plaisir ludique (play) et de travail productif (labor), faisant d’internet un mixte instable et déroutant de terrain de jeu et d’usine».

L’example du Free labor[modifier | modifier le wikicode]

[3] «Un des emblèmes les plus suggestifs de ce travail productif gratuit est le CAPTCHA (Completely Automated Public Turing Test to tell Computers and Humans Apart) inventé par Luis von Ahn en 2000, alors qu’il avait à peine 22 ans. Lorsque vous souhaitez payer en ligne ou télécharger certains fichiers, vous voyez parfois apparaître quelques lettres tordues, que vous devez retranscrire pour vous identifier en tant qu’humain (c’est-à-dire un utilisateur de bonne foi), puisque les logiciels destinés à saturer de demandes paralysantes les services gratuits sont actuellement incapables d’identifier ces caractères déformés. Si chacun de nous utilise CAPTCHA comme une clé donnant accès à un service restreint, le programme nous utilise en retour pour constituer un logiciel de reconnaissance de caractères plus puissant que ceux qui existent à ce jour : en mobilisant notre attention vive pour déchiffrer humainement des lettres tordues, nous travaillons pour apprendre à la machine à raffiner ses propres capacités de déchiffrement. Avec deux cents millions de mots traités ainsi chaque jour sur internet, le logiciel issu de ce programme (RECAPTCHA) a pu faire des progrès considérables, dont nous sommes tous susceptibles de profiter à travers des numérisations plus exactes des textes scannés».

User contribution to reCAPTCHA development
  1. Georg Franck, «Économie de l’attention», art. cité, p. 70
  2. Yves Citton, «Pour une écologie de l'attention», 2014 p.174
  3. Yves Citton, «Pour une écologie de l'attention», 2014 p.172