Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Travail pratique/Conception de l’espace-problème/Défilement infini

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

D'après la définition donnée sur Wikipedia, le défilemement infini (infinite scroll ou infinite scrolling en anglais) est :

Une fonctionnalité utilisée en particulier par les interfaces des sites de réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter, qui permet d'afficher automatiquement de nouveaux contenus à la fin de la lecture d'une page sans que l'utilisateur ait besoin d'appuyer sur un bouton Page suivante, ni utiliser un ascenseur de défilement.[1]


Dans son ouvrage Les liens artificiels, Nathan Devers fait vivre à son héros, Julien, une longue période de défilement infini et décrit les effets ressentis :

Il existe un moment, quand on a trop scrollé, où l'on cesse d'être soi, où tout revient au même. Les images défilent tellement vite qu'il n'y a plus de mouvement. Les bruits des vidéos stridulent si fort qu'ils aboutissent au silence. L'homme-zombie se résigne : son cerveau est une clé USB qu'il branche à un ordinateur. Les rôles s'échangent. On donne toute son énergie à une machine, on devient son miroir et c'est elle, désormais, qui détient l'esprit de son détenteur. Elle pense, parle et gesticule à sa place. Elle lui dicte ce qu'il doit désirer. Elle rythme sa conscience et précède ses envies.[2]


On connait certains effets nocifs du scroll infini, notamment décrit par Jojo écrivrain :

"Le scroll infini me fait perdre tout mon temps. J'ai perdu mon travail, mes enfants, ma femme et mes raisons de vivre

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. « Défilement infini », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  2. Nathan Devers, Les liens artificiels : roman, 2022 (ISBN 978-2-226-47505-3 et 2-226-47505-2) (OCLC 1342559151) [lire en ligne]