Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Travail pratique/Conception de l’espace-problème/

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
L'attention peut être représentée par un vecteur. C'est-à-dire qu'elle a un point de commencement et une direction qu'elle suit. Selon Paul Valéry:

"l’attention est vecteur et potentiel. Le regard pourrait être analysé comme une propriété vectorielle –  ce qui est d’ailleurs vrai de toute attention en tant qu’elle est une direction. Elle est aussi une direction de l’effort. L’attention est l’effort de prolongement, de continuité, dans le net. La pensée se forme toujours sur le mode vectoriel et se met ensuite sous forme scalaire. " [1] page 114 .

Tout comme les vecteurs, l'attention a une valeur et une intensité qui lui est propre.

"[...] l’attention « se forme toujours sur le mode vectoriel » (comme une flèche), et c’est seulement lorsqu’elle arrête de penser et de pousser qu’on peut la saisir « sous forme scalaire » (comme un nombre). Cette scalarisation –  à savoir l’opération qui traduit des flèches en nombres – nie la nature fondamentale de l’attention [...]". [2] page 144.

Cette traduction de l'attention en chiffres peut être exploitée dans de nombreux domaines et, ici, Yves CITTON fait référence à la logique financière du capitalisme.

"C’est bien la «  numérisation de l’attention  » qui est marquée d’une ambivalence foncière, puisque l’attention est de nature vectorielle, alors que la numérisation est de nature scalaire." [3] page 114.

Cependant, cette numérisation de l'attention présente un potentiel immense pour l'augmenter et la dévellopper :

'La numérisation qui « remplace l’énergie attentionnelle par de l’énergie électrique  » ouvre d’admirables perspectives de développements futurs en multipliant les pouvoirs de notre attention vive –  à condition toutefois que celle-ci ne soit pas emprisonnée dans la cage des calculs de rentabilité à court terme qui caractérisent le capitalisme financier." [4] page 115.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, 2014 (ISBN 978-2-02-118144-9 et 2-02-118144-8) (OCLC 937868860) [lire en ligne] 
  2. Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, 2014 (ISBN 978-2-02-118144-9 et 2-02-118144-8) (OCLC 937868860) [lire en ligne] 
  3. Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, 2014 (ISBN 978-2-02-118144-9 et 2-02-118144-8) (OCLC 937868860) [lire en ligne] 
  4. Yves Citton, Pour une écologie de l'attention, 2014 (ISBN 978-2-02-118144-9 et 2-02-118144-8) (OCLC 937868860) [lire en ligne]