Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Analyse des attentes des nouvelles figures de l'utilisateur

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention : Analyse des attentes des nouvelles figures de l'utilisateur
Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Analyse des attentes des nouvelles figures de l'utilisateur
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Ce chapitre vise à documenter les attentes que les utilisateurs des applications et services numériques ont vis-à-vis du respect de leur capital attentionnel propre. En effet, de plus en plus d'individus revendiquent le droit de disposer librement de leur attention et par corollaire de leur temps. En conséquence, ces individus expriment des attentes en direction des designers, pour que les services qu'ils conçoivent prennent en compte leur besoin de redevenir maitre et possesseur de leur attention. Ces attentes s'expriment de diverses manières et l'objet de ce chapitre est de donner à voir cette diversité.

Les premiers porte-parole des attentes des utilisateurs[modifier | modifier le wikicode]

Tristan Harrison et son appel « appel à minimiser les distractions et à respecter l’attention des utilisateurs »[modifier | modifier le wikicode]

Cartographie des attentes connues des utilisateurs[modifier | modifier le wikicode]

Respect du rythme de développement de leurs enfants[modifier | modifier le wikicode]

Selon Madigan et al. (2019) [1], il existe un lien clair entre le temps passé devant un écran par un enfant, et les retards dans le développement de certaines facultés clés comme le langage, les interactions sociales ou la résolution de problèmes.

Selon les conclusions de cette étude, on peut raisonnablement induire que les utilisateurs des services numériques attendent des designers qu'ils mettent en place des mécanismes pour limiter le temps d'écran des enfants.

Attente d'un dispositif permettant de briser le cercle vicieux de la solitude auto-renforcée[modifier | modifier le wikicode]

Les résultats du questionnaire nous portent à croire que les utilisateurs sont dans l'attente d'un dispositif qui permettent de briser le cercle vicieux de la solitude auto-renforcée créée par les applications et services numériques. Une solitude difficilement supportée par les nouvelles figures de l'utilisateur.

Cette attente semble confirmée par plusieurs rapports ou études scientifiques. Par exemple, l'étude expérimentale réalisée par Allcot et al. (2020) [2] sur 1600 adultes américains a permis de montrer qu'en désactivant leur compte Facebook pendant 1 mois, ceux-ci ont fait l'expérience :

  • d'une augmentation des activités de socialisation
  • d'une amélioration de la santé mentale, via notamment une atténuation du sentiment de solitude
  • d'une baisse du temps passé sur Facebook (après l'expérimentation)



Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Madigan, S., Browne, D., Racine, N., Mori, C., & Tough, S. (2019). Association between screen time and children’s performance on a developmental screening test. JAMA pediatrics, 173(3), 244-250.
  2. (en) Hunt Allcott, Luca Braghieri, Sarah Eichmeyer et Matthew Gentzkow, « The Welfare Effects of Social Media », American Economic Review, vol. 110, no  3, 2020-03-01, p. 629–676 (ISSN 0002-8282) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-11-16)]