Leçons de niveau 13

Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016/La musique, le rythme et le temps

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La musique, le rythme et le temps
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016
Chap. préc. :La musique, diversité et relativité des cultures
Chap. suiv. :Pratique et culture musicale
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016 : La musique, le rythme et le temps
Musique Enseignement de spécialité Bac L 2016/La musique, le rythme et le temps
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Direction de travail : la musique, le rythme et le temps

Wolfgang Amadeus Mozart
  • Sérénade « Gran Partita », Sib majeur, K361
Wolfgang-amadeus-mozart 1.jpg

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)[modifier | modifier le wikicode]

La sérénade K. 361 ou Gran Partita[modifier | modifier le wikicode]

La « Gran Partita » (sérénade à vents K. 361) est une œuvre pour instruments à vent, constituée de sept mouvements et composée au début des années 1780. Cette sérénade est écrite pour douze instruments à vent et une contrebasse. Ce type de formation reste exceptionnel.

  • Cordes = 1 contrebasse (parfois remplacée ou doublée par un contrebasson)
  • Bois = 2 hautbois - 2 clarinettes - 2 Cor de basset - 2 bassons
  • Cuivres = 2 cors (en fa et mi bémol) - 2 cors basses (en si bémol)

Elle est considérée comme l'un des chefs-d'œuvre du répertoire des vents en musique de chambre.


Le cor de basset est un instrument de conception très récente (années 1760) que Mozart utilisera par la suite dans plusieurs pièces dont son Requiem.

Si la partie de contrebasse double le plus souvent le deuxième basson à l'octave inférieure, elle sait être aussi indépendante, servant parfois de basse seule et utilisant les spécificités des instruments à cordes, « con arco » et « pizzicato » par exemple. Mozart a tenté ultérieurement de substituer le contrebasson à la contrebasse, mais la plupart des enregistrements modernes donne la préférence à cette dernière.

Partita[modifier | modifier le wikicode]

La Partita se réfère selon les époques, selon le compositeur, à des formes musicales diverses : synonyme d'une suite, d'une sonate, d'un cycle de variations, etc. Le terme est surtout utilisé en Italie et en Allemagne, aux XVIe et XVIe siècles.

  • c'est un mot dérivé de l'italien partire qui signifie « partager ». En allemand : Partie, Parthie, Partia, Parthia et en latin : pars
  • au pluriel : des « partitas » en français, ou « partite », en italien).

Koechel[modifier | modifier le wikicode]

  • Pour le classement de la musique de Mozart, on indique l’initiale du nom du musicologue Ludwig von Köchel (1800-1877) qui a réalisé le catalogue de ses œuvres suivi d'un numéro.

On écrit K. (prononcer keuchèl) ou KV avec V pour verzeichnis (catalogue en allemand).

Structure de la sérénade[modifier | modifier le wikicode]

La pièce se caractérise par son ampleur et elle est l'une des plus longues compositions non vocales de Mozart (près de 50 minutes). Pour comparaison, la symphonie Jupiter, l'une des plus longues, dure un peu plus d'une demi-heure. Elle est au carrefour de tous les genres. Le nombre de mouvements l'apparente à la suite, la durée et l'opulence de l'instrumentation lui donne un souffle symphonique, mais l'effectif et surtout les dialogues entre les pupitres, entrecoupés de tutti, la classent clairement dans la musique de chambre.

Elle se compose de sept mouvements :

  • Largo – Molto Allegro

L'introduction lente, d'une gravité dramatique, fait songer à une cérémonie maçonnique. L'allegro qui suit détend l'atmosphère. Il est de forme sonate mono-thématique (le second sujet présenté en fa Majeur dérive du premier). Le développement avec ses gradations chromatiques est résolument symphonique.

  • Menuetto - Trio primo - Menuetto - Trio secondo - Menuetto

Le menuet, en si bémol majeur, est dans l'esprit de la sérénade de plein air. Le premier trio, en mi bémol majeur, est en fait un quatuor mettant en valeur les sonorités chaudes des clarinettes et des cors de basset. Le second, au relatif sol mineur, est un des passages les plus tragiques de l'œuvre mozartienne. Les hautbois dialoguent avec les autres instruments sur les triolets obsédants du premier basson.

  • Adagio

C'est le mouvement le plus impressionnant. En mi bémol majeur, sur des arpèges du deuxième basson et de la contrebasse, une cellule rythmique en doubles-croches crée un fond incantatoire sur lequel les instruments solos déploient les phrases mélodiques sans amplification oratoire. L'atmosphère est contemplative. Le discours progresse sur un mode de sérénité parfaite évoquant une sorte de poésie musicale.

  • Menuetto (Allegretto) - Trio primo - Menuetto - Trio secondo - Menuetto

Revenant à la tonalité principale, le deuxième menuet de l'œuvre retrouve un climat de divertissement que le premier trio, en si bémol mineur, rompt violemment. Le second trio en fa majeur retrouve l'ambiance populaire d'un landler à trois temps, avec sa grande ligne de croches sur trois octaves des premiers hautbois, cor de basset et basson, la contrebasse seule sur les premiers temps en pizzicatos, les autres "piquant" avec légèreté les deuxièmes et troisièmes temps.

  • Romance (Adagio - Allegretto - Da Capo sensa repliche - Coda

De forme ABA, la romance est coupée par la partie centrale sombre et agitée sur des doubles-croches des basses qu'Alfred Einstein trouvaient étrangement burlesques.

  • Thema mit Variationen (Andante)

Le thème, agreste et primesautier, est présenté par la clarinette solo. Il est en deux parties, le premier membre servant de tremplin aux variations du second.

    • Variation I - spirituel et moqueur avec ses triolets de doubles-croches
    • Variation II - tendre et ironique avec ses anacrouses de triples-croches
    • Variation III - délicat et rêveur avec ses doubles-croches de basses
    • Variation IV - mélancolique en si bémol mineur
    • Variation V (Adagio) - le thème prend de l'ampleur ; le hautbois s'en saisit pour le transformer en un arioso très émouvant
    • Variation VI (Allegretto) - revient à la rusticité sur un rythme ternaire (valse rapide)
  • Finale (Molto Allegro)

C'est un rondo tout en allégresse. Le mouvement perpétuel est composé d'un refrain, deux couplets (l'un de trois reprises, l'autre de quatre) et d'une coda.

Écouter[modifier | modifier le wikicode]

  • sur Youtube Wolfgang Amadeus Mozart - Sérénade No. 10 in B-flat major, K. 361 "Gran Partita" - Oboe – Stephen Taylor (principal) & Melanie Field .

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  • Christian Merlin, Diapason, septembre 2008
  • voir la partition de Serenade in B-flat major, K.361/370a (Mozart, Wolfgang Amadeus) sur imslp.org