Leçons de niveau 11

Monarchie française : dynasties, pouvoirs, idéologie/Les dynasties de la monarchie française

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les dynasties de la monarchie française
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Monarchie française : dynasties, pouvoirs, idéologie
Chap. préc. :Introduction
Chap. suiv. :Le pouvoir royal et son évolution
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Monarchie française : dynasties, pouvoirs, idéologie : Les dynasties de la monarchie française
Monarchie française : dynasties, pouvoirs, idéologie/Les dynasties de la monarchie française
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La dynastie mérovingienne[modifier | modifier le wikicode]

La conquête de la Gaule[modifier | modifier le wikicode]

Austrasie, Neustrie et Burgondie : Unité et partage[modifier | modifier le wikicode]

Des Rois fainéants ?[modifier | modifier le wikicode]

Les mérovingiens, après Dagobert Ier, laissent le pouvoir progressivement aux maires du palais. Pépin le Bref s'emparera du pouvoir en 753, en faisant enfermer le roi mérovingien de l'époque: Childéric III

La dynastie carolingienne[modifier | modifier le wikicode]

L'ascension des Pépinides[modifier | modifier le wikicode]

Charlemagne Empereur[modifier | modifier le wikicode]

Charles Ier dit Charlemagne s'empare du pouvoir partiel en 768, à la mort de Pépin le Bref, puis le pouvoir total en 771 avec la mort de son frère Carloman. Il entame alors une série de conquêtes pour agrandir son territoire. En 800, la France de Charlemagne est la plus grande de tous les temps et il se fait couronner empereur d'occident à Rome par le Pape. Le roi à la barbe fleurie modernise l'administration de son empire en le dotant d'une capitale centrale (Aix-la-Chapelle) puis d'un système de gouverneurs de provinces. (les missi dominici ) L'enseignement est favorisé sous la tutelle de l'empereur .

Les Rois de Francie occidentale[modifier | modifier le wikicode]

Louis Ier et l'affaiblissement de l'empire[modifier | modifier le wikicode]

L'empire survit de manière difficile à la mort de Charlemagne en 814. En effet, le seul héritier de l'empire, Louis Ier, n'a pas la charisme de son père pour diriger un énorme territoire. De plus, ses fils s'affrontent pour savoir qui héritera de l'empire à sa mort . Ces affrontements déchireront l'empire jusqu'à la mort de Louis Ier en 840 et du partage de Verdun en 843.

Le traité de Verdun en 843 ou un tournant pour l'Europe[modifier | modifier le wikicode]

En 840, à la mort de Louis Ier le pieux, il y a un fauteuil d'empereur pour les trois fils de Louis. Le traité de Verdun partage le territoire, que leur grand-père Charlemagne avait conquis, en trois parties. L'aîné, Lothaire, obtient un territoire s'étendant du nord de la Flandre jusqu'aux environs du nord de l'Italie laissant le Latium aux papes. Louis, obtient la Francie orientale soit l'est de l'empire. Charles, le cadet reçoit la Francie occidentale soit ce que l’on considère comme le Royaume de France aujourd'hui.

Les invasions: démonstration de la faiblesse des Carolingiens[modifier | modifier le wikicode]

La dynastie capétienne[modifier | modifier le wikicode]

Les premiers Capétiens[modifier | modifier le wikicode]

L'élection d'Hugues Capet[modifier | modifier le wikicode]

En 987, Louis V meurt sans hériter. Hugues Capet est désigné roi de France par les grands féodaux du royaume. Sa principale action en tant que roi sera d'essayer de contrer l'influence des grands seigneurs.

De 996 à 1108: des Rois de France faibles[modifier | modifier le wikicode]

À la mort d'Hugues Capet en 996, son fils ainé Robert lui succède. Les rois capétiens ne vont que garder très peu d'influence sur leur royaume à cause de l'instabilité (à propos de la succession de Robert notamment) et à l'impuissance du pouvoir. Pendant plus d'un siècle, les rois capétiens subissent les décisions des grands ducs et comtes du royaume.

Louis VI, augmentation des pouvoirs royaux[modifier | modifier le wikicode]

Fort de son influence, il réussit en 1120 à former une coalition avec ses grands vassaux contre la menace germanique, preuve que Louis VI a une influence grandissante sur le royaume de France.

La politique désastreuse de Louis VII[modifier | modifier le wikicode]

Fils de Louis VI, Louis VII a des choix désastreux. Il se sépare d'Aliénor d'Aquitaine perdant la Guyenne et plus d'un quart de son royaume. Sa participation à la IIè croisade est un échec. Il meurt en 1180, en laissant à son fils Philippe, un royaume ruiné et sous forte influence anglaise.

De Philippe Auguste à Philippe le Bel[modifier | modifier le wikicode]

Philippe Auguste et Louis VIII: guerre continue contre les anglais[modifier | modifier le wikicode]

Louis IX: un roi pieux et juste[modifier | modifier le wikicode]

Philippe III: un règne entaché d'échecs[modifier | modifier le wikicode]

Le règne contrasté de Philippe IV le Bel[modifier | modifier le wikicode]

Les Valois[modifier | modifier le wikicode]

La fin des capétiens directs[modifier | modifier le wikicode]

Philippe IV et Jean II : défaites cruciales contre l'Angleterre[modifier | modifier le wikicode]

Charles V: une reconquête du territoire[modifier | modifier le wikicode]

Charles VI: La France devenue anglaise[modifier | modifier le wikicode]

Charles VII et Louis XI: La fin de la guerre de cent ans[modifier | modifier le wikicode]

Charles VIII et Louis XII : Les guerres d'Italie[modifier | modifier le wikicode]