Littérature de jeunesse en anglais : Walter Crane, La biche au bois/Le départ

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche





White open book.svg

À son arrivée, l'ambassadeur demanda à voir la princesse et eut la surprise d'apprendre que cette faveur lui était refusée. "Ce n'est point par caprice que nous refusons d'accéder à cette demande parfaitement justifiée" lui dit le roi et il raconta à l'ambassadeur l'aventure extraordinaire de la princesse. La reine de son côté n'avait pas encore parlé à sa fille de ce qui se passait ; mais la princesse savait qu'un grand mariage se préparait pour elle. En constatant que ses efforts étaient inutiles, l'ambassadeur prit congé et repartit. Quand le prince apprit qu’il ne pourrait voir sa chère Désirée que dans trois mois, il tomba gravement malade. Désespéré, le roi décida d'aller voir les parents de Désirée pour leur proposer de ne plus différer le mariage. Pendant ce temps, Désirée n’avais pas pris moins de plaisir à regarder le portrait du prince que lui le sien. Et ses suivantes ne manquèrent pas de le remarquer, entre autres, Giroflée et Longue-épine, ses demoiselles d'honneur. Giroflée l'aimait beaucoup et lui était fidèle ; par contre Longue-épine était depuis toujours secrètement jalouse d'elle. Sa mère avait été la gouvernante de la princesse ; elle était maintenant sa première dame de compagnie, mais sa passion pour sa propre fille l'emportait sur ses responsabilités envers la princesse.
L'ambassadeur Bécafigue fut à nouveau envoyé en grande hâte dans la ville où résidait le père de Désirée ; il convainquit le roi et la reine que le prince Guerrier se laisserait mourir s'ils continuaient à lui refuser la main de leur fille. Ils finirent par répondre qu’ils ne manqueraient pas de l'informer de la suite donnée à cette affaire avant la nuit. La reine alla trouver sa fille dans son palais et lui raconta ce qui venait de se passer. Désirée en eut très grand chagrin, mais la reine lui dit : "Ne vous affligez point de la sorte, ma chère enfant, nous avons trouvé comment le guérir. je ne suis inquiète que pour les menaces proférées par la fée de la fontaine." Sa fille répondit : "Ne pourrais-je aller dans un carrosse si bien fermé que je ne verrais point la lumière du jour ? on l'ouvrirait la nuit pour me donner à manger, si bien que j'arriverais en toute sécurité au palais du prince Guerrier." Le roi et la reine apprécièrent beaucoup cet expédient, ils envoyèrent chercher Bécafigue et lui annoncèrent que la princesse partait sur le champ. L'ambassadeur remercia leurs majestés et repartit retrouver le prince. Un carrosse fut construit sans fenêtres ni vitrages, décoré de bandes de brocart rose et argent. Un des premiers du royaume fut chargé des clefs. Puis Désirée fut enfermée dans le carrosse avec sa première dame de compagnie, Longue-épine et Giroflée. Longue-épine détestait la princesse et elle était tombée amoureuse du Prince Guerrier en voyant son portrait. Au moment de partir, elle dit à sa mère qu'elle mourrait de chagrin si le mariage se réalisait ; la dame de compagnie lui répondit qu'elle ferait tout son possible pour empêcher le mariage.
Le roi et la reine avaient cessé de s'inquiéter pour leur fille ; mais Longue-épine qui apprenait tous les soirs par les officiers de la princesse que l’on approchait de la ville où elles étaient attendues, pressait sa mère d'exécuter son dessein. Aussi, autour de midi, quand le soleil fut au plus haut, elle coupa brusquement l'impériale du carrosse avec un grand couteau. Alors, pour la première fois, la princesse Désirée vit la lumière du jour. A peine l'eut-elle regardée qu'elle poussa un profond soupir, et bondit hors du carrosse sous la forme d'une biche blanche. Elle s'élança dans la forêt prochaine, où elle s'enfonça sous le couvert des arbres. La fée de la fontaine, qui avait provoqué cette catastrophe, l'accompagna d'une tempête épouvantable de fin du monde. Tonnerre et éclairs terrifièrent les plus courageux et il ne resta plus sur place que la dame de compagnie, Longue-épine et Giroflée. Cette dernière se lança à la poursuite de sa maîtresse.