Littérature de jeunesse en anglais : Walter Crane, Belle et la Bête/La rose fatidique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapitre 1 : La rose fatidique
bouton image vers le chapitre précédent Sommaire





White open book.svg

Il était une fois un riche marchand qui connut des revers de fortune et dut se retirer dans une maisonnette avec ses trois filles ; les deux aînées en furent très mécontentes, mais la plus jeune, qui portait le nom de Belle, essaya de réconforter son père et de le rendre heureux.

Un jour, il partit en voyage pour essayer de refaire fortune et ses filles vinrent lui dire au-revoir. Les deux aînées lui dirent de leur rapporter de beaux cadeaux à son retour, mais Beauté lui demanda simplement de lui rapporter une rose.

Sur le chemin du retour, il vit de belles roses et, pensant à sa fille, il arracha la plus belle d'entre elles.

A peine l'avait-il cueillie qu’il vit un monstre abominable brandissant une arme mortelle. La terrible créature lui demanda comment il osait toucher ses fleurs et le menaça de mort.

Le Marchand lui répondit qu’il n'avait pris cette rose que pour satisfaire sa fille qui l'avait supplié d’en rapporter une.

À ces mots, la Bête lui répondit d'un ton bourru :

-- « Bon, je vous laisse la vie sauve, à condition que vous me rapportiez une de vos filles pour mourir à votre place. Elle devra venir de son plein gré sinon je n'en voudrai pas. Vous pouvez rester vous reposer dans mon château jusqu'à demain. »