Littérature de jeunesse en anglais : Walter Crane, Aladin ou la lampe merveilleuse/Aladin amoureux

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aladin aperçoit la fille du sultan et ses suivantes.


White open book.svg

Il se mit à pleurer amèrement, et par hasard frotta sa bague ; c’est alors qu'un fantôme apparut et lui dit :
« Je suis ton esclave, le Génie de la Bague ; que désires-tu ? »
Aladin dit au Génie de la Bague qu’il voulait juste retrouver sa liberté et revoir sa mère. En un instant il se retrouva chez lui, affamé, et sa mère fut soulagée de le revoir. Il lui raconta tout ce qui lui était arrivé ; elle voulut alors regarder la Lampe qu’il avait rapportée et se mit à la frotter pour qu'elle brille encore plus.

Ils furent tous deux stupéfaits de voir s'élever devant eux un fantôme encore plus étranger ; c’était le Génie de la Lampe qui leur demanda quels étaient leurs vœux. En entendant que c’était la nourriture qui leur manquait le plus, un esclave se présenta immédiatement portant des mets raffinés sur un beau plat d'argent, avec des assiettes en argent pour les servir.
Aladin et sa mère se régalèrent de ces mets de luxe qui leur avaient été livrés, puis ils revendirent le plat et les assiettes en argent, ce qui leur permit de vivre dans l'aisance pendant plusieurs semaines.
Aladin put acheter de beaux habits et, un jour où il faisait sa promenade habituelle, il croisa la fille du Sultan rentrant des bains avec ses suivantes.
Il fut si impressionné par sa beauté qu’il en tomba instantanément amoureux et dit à sa mère d'aller demander la main de la Princesse au Sultan.