Littérature de jeunesse en anglais : Frères Grimm, Le voyage du Petit Poucet/Salle du Trésor

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche





White open book.svg

Le Petit Poucet s'introduisit alors en toute sécurité par la fissure dans la Salle du Trésor, ouvrit la fenêtre sous laquelle se tenaient les voleurs et jeta les pièces d'or les unes après les autres.

Alors qu’il était en pleine activité, le petit tailleur entendit le roi qui venait inspecter la Salle du Trésor. Il se glissa à la hâte dans une cachette. Le roi remarqua que plusieurs pièces manquaient mais il ne pouvait pas imaginer qu'on en ait volé car les serrures et les verrous étaient intacts et tout semblait bien gardé. Avant de s'en aller, il dit aux sentinelles :

-- « Soyez aux aguets, quelqu’un en veut à mon argent ».

Quand le Petit Poucet reprit son travail, ils entendirent l’argent remuer, « gling, gling, gling ». Les gardes accoururent rapidement pour attraper le voleur, mais le petit tailleur qui les avait entendus venir et qui était encore plus rapide qu'eux sauta dans un coin et se couvrit d'une pièce, de telle sorte qu'aucune partie de son corps n'était visible. Il se moqua des sentinelles et cria :

-- « Je suis là ! »

Les gardes accoururent vers lui mais il avait déjà sauté dans un autre coin, sous une autre pièce et cria :

-- « Hé, je suis là ! ».

Les gardiens se précipitèrent mais le Petit Poucet s'était depuis longtemps réfugié sous une troisième pièce et cria de nouveau :

-- « Hé, ho, je suis là ! ».

Il se moqua ainsi d'eux pendant longtemps jusqu'à ce qu’ils soient si fatigués qu’ils s'en allèrent.

Petit à petit, il jeta toutes les pièces. Il lança la dernière de toutes ses forces en sautant prestement sur elle et s'envola ainsi par la fenêtre.

Les voleurs le complimentèrent longuement :

-- « Tu es un vaillant guerrier, veux-tu être notre chef ? »

Le Petit Poucet refusa et leur dit qu’il voulait d’abord voir le monde. Ils divisèrent alors le butin mais le petit tailleur ne demanda qu'une pièce car il ne pouvait pas en transporter davantage. Puis il attacha son épée, salua les voleurs et prit la route.