Littérature de jeunesse en anglais : Beatrix Potter, Panache Petitgris/Au fond du trou

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




White open book.svg

Pendant ce temps, Amanda avait ramassé les sacs et elle était rentrée.
Elle prépara une tasse de thé pour Panache mais elle attendit en vain, il ne rentra pas.

Elle passa une nuit solitaire et bien malheureuse.
Le lendemain matin, elle repartit le chercher au bois de noisetiers mais les autres écureuils, méchamment, la chassèrent de là.
Elle erra à travers le bois en l'appelant :

-- « Panache Petitgris ! Panache Petitgris ! Oh, où est donc passé mon Panache Petitgris ? »

De son côté, Panache Petitgris avait repris connaissance et se retrouva bien bordé dans un petit lit de mousse, dans le noir, moulu et fendu.
Il avait l'impression d’être sous terre. Il se mit à tousser et à grogner parce qu’il souffrait des côtes.
Il entendit un bruit joyeux : c'était un petit écureuil rayé, un tamia, avec une lampe à huile, qui lui demanda si ça allait mieux.

Il fut très gentil pour Panache Petitgris, il lui prêta sa lampe et sa maison était pleine de provisions.
Le tamia expliqua à Panache Petitgris qu’il avait reçu une avalanche de noisettes et se mit à rire quand il entendit l'histoire de Panache Petitgris.

Tout le temps où Panache Petitgris dut rester allongé, il lui porta de quoi manger en quantité.

-- «  Mais comment vais-je sortir de là si je ne suis pas un régime ? Et ma femme doit être très inquiète. »

-- « Juste une ou deux noisettes de plus ; laissez-moi casser les coquilles. »

Si bien que Panache Petitgris grossit de plus en plus !