Littérature de jeunesse en anglais : Eleanor Fortescue-Brickdale, Le conte de Fleur et Blanchefleur/Deux naissances à la Cour d'Espagne

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapitre 1 : Deux naissances à la Cour d'Espagne
bouton image vers le chapitre précédent Sommaire




White open book.svg

Deux naissances

Les anciennes chroniques rapportent qu'en l'an de grâce 624, un Roi d'Espagne, du nom de Fenix, et sa Reine, tous deux païens, débarquèrent en royaume chrétien, et là, en l'espace de trois jours, firent de tels ravages dans le pays, détruisirent tellement de villes, d'églises et de cloîtres, que plus de 50 km de territoire furent entièrement rasés ; il ne resta plus un seul être vivant, plus une seule habitation, là où tant de foyers heureux avaient vécu.

De plus, le roi, tout en embarquant le fruit de ses pillages, fit poster en embuscade quarante de ses hommes, le long de la route de Compostelle, pour attaquer les pèlerins de passage. Aussi, quand un groupe de pèlerins exténués descendit péniblement de la montagne, les quarante voleurs se précipitèrent-ils en les menaçant, si bien qu'ils leur remirent tous leurs biens pour avoir la vie sauve. Un seul résista, un Comte de France, qui conduisait sa fille, récemment veuve, au tombeau de Saint-Jacques, sur lequel elle avait fait vœu de se recueillir après le décès de son époux au cours d'un combat.

Le Comte se battit courageusement, en vain, et succomba, submergé par le nombre de ses adversaires ; sa fille fut emportée captive et livrée au roi païen qui refit voile vers l'Espagne. De retour dans son royaume, il partagea le butin entre ses hommes, en fonction de leur rang ; il offrit la jeune chrétienne à sa reine qui rêvait d'une dame de compagnie de qualité et l'accueillit avec empressement dans ses appartements.

Elle l'autorisa même à garder sa religion de chrétienne ; en témoignage de reconnaissance, la captive se mit à son service avec fidélité et lui apprit la langue française. Sa courtoisie, sa sagesse et sa discrétion lui gagnèrent tous les cœurs de cette Cour de païens.

Le dimanche des Rameaux, la reine donna naissance à un joli garçon qui fut nommé Fleur (disons plutôt Floire) par les savants car il était né à la saison des fleurs. Or, ce même jour, la jeune captive donna naissance à une fille qu'elle baptisa elle-même et nomma Blanchefleur.

À la naissance de son fils, le roi Fenix se réjouit et organisa des fêtes splendides ; il exigea que son enfant soit élevé par une païenne mais ce fut la captive chrétienne qui se chargea des deux nourrissons et les éleva tous deux, avec tant d'amour qu'il était impossible de savoir qui était son préféré, le fils du roi ou sa propre fille. Les deux enfants bénéficièrent de cette bonne éducation et devinrent d'adorables jeunes gens ; ils s'aimaient tellement qu'ils avaient du mal à se séparer.