Leçons de niveau 11

La tragédie et la comédie au dix-septième siècle : le classicisme/Annexe/Le classicisme au théâtre

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le classicisme au théâtre
Image logo représentative de la faculté
Annexe 2
Leçon : La tragédie et la comédie au dix-septième siècle : le classicisme

Annexe de niveau 11.

Précédent :Le vocabulaire du théâtre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Annexe : Le classicisme au théâtre
La tragédie et la comédie au dix-septième siècle : le classicisme/Annexe/Le classicisme au théâtre
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.




Les grandes règles de la dramaturgie classique[modifier | modifier le wikicode]

  1. Règle de trois unités : temps (ne pas dépasser 24 heures afin que le temps de l’histoire et celui de la représentation soient le plus proches possible), lieu (un seul lieu afin de concentrer l’action, lieu neutre et propice aux rencontres) et action (une intrigue principale assez simple autours de laquelle toutes les autres intrigues doivent se raccrocher).
  2. Règle de séparation de genre : distinction nette entre tragédie et comédie, registres tragique et comique non mêlés dans une même pièce, codes propres à chacun de ces genres (époque, lieu, personnages, intrigue, dénouement, écriture…) respectés.
  3. Règle de vraisemblance : l’intrigue doit être aussi crédible que possible afin que le spectateur adhère à l’histoire.
  4. Règle de bienséance : ne rien représenter de choquant pour le spectateur, en particulier ne pas montrer sur scène la mort d’un personnage (remplacer le spectacle de la mort par le récit plus ou moins détaillé, selon l’importance du personnage, de cette mort), exception faite du suicide mais à certaines conditions (suicide en fin de pièce, geste fatal non montré) ; faire s’exprimer les personnages noblement ; fonder les échanges sur des sujets élevés (amour, honneur, politique…) et non pas prosaïques. En revanche, il y a une acceptance de poison.

Les règles concernant la structure d’ensemble de la pièce[modifier | modifier le wikicode]

  1. La division de la pièce : une structure en actes (contrainte au départ matérielle, liée à la nécessité de changer les chandelles à chaque entracte, mais permettant aussi de rythmer l’action et l’attention du spectateur).
  2. L’exposition : elle doit être rapide, simple, vraisemblable, complète, source de curiosité et d’émotion.
  3. Les péripéties : elles ont pour fonction de faire avancer et rebondir l’action ; certaines doivent constituer des coups de théâtre afin de ménager des effets de surprise.
  4. Le dénouement : il doit être rapide, vraisemblable et complet.

Les règles concernant la structure en actes de la pièce[modifier | modifier le wikicode]

  1. La structure des actes : une structure en scènes (découpage des scènes en fonction des entrées et/ou sorties des personnages).
  2. La structure des scènes : une ou deux scènes culminantes par acte, afin de mener le spectateur à un sommet ; des effets de symétrie entre les scènes, afin de créer une harmonie d’ensemble et une impression de simplicité.
  3. Les fins des actes : des nouvelles saisissantes, des questions en suspens, des émotions puissantes, afin de stimuler la curiosité du spectateur.
  4. Les liaisons entre les actes : des entractes qui ne soient pas « vides » (poursuite de l’action), des débuts d’actes qui le soulignent (procédés fréquent du lever de rideau sur une conversation déjà commencée).