Leçons de niveau 11

La révolution française et le XIXeme siècle, l'affirmation d'un nouvel univers politique/Régimes politiques et démocratie au XIX

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Régimes politiques et démocratie au XIX
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : La révolution française et le XIXeme siècle, l'affirmation d'un nouvel univers politique
Chap. préc. :L'année 1789, année charnière
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « La révolution française et le XIXeme siècle, l'affirmation d'un nouvel univers politique : Régimes politiques et démocratie au XIX
La révolution française et le XIXeme siècle, l'affirmation d'un nouvel univers politique/Régimes politiques et démocratie au XIX
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Dans quelle mesure la démocratie a-t-elle été remise en cause au XXe siècle ?[modifier | modifier le wikicode]

Au cours du XXe siècle, la démocratie a de nombreuses fois été remise en cause, en effet, on peut observer de nombreux événements qui ont fait que la démocratie, si ces événements avaient tournés autrement, auraient fait que la démocratie n’est pas ce qu’elle est aujourd’hui.

La première guerre mondiale (1914-1918) : Pendant près de 4 ans, durant la première grande guerre, la démocratie a été remise en cause. Début septembre 1914, le ministre de la Guerre abolit les possibilités de recours en grâce et en révision. De plus, le Joffre (officier général de la première guerre mondiale) réussit à imposer aux politiques, la constitution de cours martiales dénommées « les conseils de guerre spéciaux », qui doivent juger rapidement et durement pour l’exemple. Les prévenus sont jugés par une « cour » composée en général du commandant de régiment assisté de deux officiers. En cas de condamnation à mort, la sentence est applicable dans les 24 h selon les préconisations de Joffre. Devant les abus révélés par la presse et les associations, le parlement tentera d’atténuer cette justice expéditive. À la fin de l’année 1915, les conseils de guerre spéciaux sont supprimés. Tous ces fusillés pour l’exemple ne sont pas si nombreux mais ils focalisent toujours l’attention.

La seconde guerre mondiale (1939-1945) et le régime de Vichy (1940-1944) : Le 16 juin 1940 le Maréchal Pétain proclame le régime de Vichy ou pendant 4 ans un mois et vingt-neuf jours le régime de Vichy, un Etat totalitaire et autoritaire a été à la tête du pouvoir où une seule personne a les pleins pouvoirs gouverne (Maréchal Pétain). Le régime de Vichy a été un Etat de répression. Le Régime était doté d’une nouvelle constitution nommée : Constitution de l’État français, qui donnait les pleins pouvoirs au gouvernement de la République, sous l'autorité et la signature du Maréchal Pétain. Cette Constitution devait garantir les droits du « Travail, de la Famille et de la Patrie » et non plus « Liberté, Égalité, Fraternité ». Le nouveau Régime était dirigé par Pétain sous la qualité de maréchal avec 2 militaires : le général Weygand et l’amiral Darlan et un civil : Laval. Tous quatre avaient fait une brillante carrière sous la IIIème République. Le nouveau Gouvernement ignorait les traditions démocratiques. Le Parlement français a été ajourné : la solidarité ministérielle n’existait plus, chaque ministre était choisi par Pétain, responsable devant lui et renvoyé par lui. Le Gouvernement menait une politique intérieure « la Révolution Nationale » et une politique extérieure, la « Collaboration ».

Les Bonapartes[modifier | modifier le wikicode]

  Napoléon 1er : Napoléon a lourdement contribué pour l’instauration des institutions en France, il a surtout consolidé et officialisé des mesures dont ont avaient déjà émis l’idée pendant la révolution ou même sous la monarchie. Il a ré administré la France. Il a renforcé le pouvoir exécutif du chef d’état (à l’époque le premier consul) en 1799, mesure qui encore un des axes de la constitution de la 5ème république. La même année il créé le sénat et le conseil d’état, deux institutions majeures de notre république. Il créé aussi des institutions non politiques mais néanmoins très importantes telle que la banque de France ou encore les préfectures en 1800. Les lycées et les universités ont été modernisé par Napoléon. Enfin il promulgue des lois et mesures toujours en vigueurs de nos jours comme le code pénal (1810), le code civil (1804) ou encore le baccalauréat (1808). Il a appliqué des principes révolutionnaires tel que la société basée sur le mérite et non sur la naissance, l’instauration de la légion d’honneur en est le parfait exemple. On peut donc dire que, paradoxalement, Napoléon a été le bras armé qui a doté la République de ses institutions même s’il n’était pas très démocratique… 

  Napoléon III : Louis Napoléon Bonaparte a joué le rôle du anti-héros de la république, il a été l’exemple à ne surtout pas suivre pendant la création de la troisième république. On peut donc dire que Napoléon III a créé un sentiment national républicain, il a galvanisé les républicains à ses dépens.

Les lois[modifier | modifier le wikicode]

Réorganisation de l’armée (corps d’infenterie) 1793:c’est un amalgame qui a réunie l’ancien Régime et les bataillons de volontaires nationaux durant le début de la Révolution française.

La Convention nationale décidât, par un décrets les 26 février et 12 août 1793, que l'infanterie de ligne s’appellerait la demi-brigades.

Réorganisation des corps d'infanterie français (1796): Le Directoire prescrivit, par arrêté du 8 janvier 1796, un nouvel amalgame : le deuxième amalgame, afin de réorganiser l'infanterie.

Ces nouvelles demi-brigades étaient organisées conformément au décret du 26 février 1796.

Le Code pénal : le code pénal de 1791 a été le premier Code pénal français, adopté pendant la Révolution par l'Assemblée nationale législative, entre le 25 septembre et le 6 octobre 1791. La Constitution de 1791 avait été adoptée le 3 septembre. Inspiré des principes de Beccaria, il a été remplacé en 1810 par le Code pénal impérial.

L'adoption de ce Code a de facto abrogé toutes les ordonnances criminelles et tous les édits royaux antérieurs pris en matière criminelle.

1789 la chute de l'ancien régime[modifier | modifier le wikicode]

La Révolution française est un événement majeur de la fin du XVIIIe siècle. Née des difficultés de la monarchie et des contestations de l'absolutisme, elle marque une rupture totale avec l'ancien régime (la période précédente) dans le domaine politique, mais aussi économique, social et culturel.

La France se modernise et change de visage. Un nouvel univers politique et social émerge : les Français n'étaient que des sujets, ils deviennent des citoyens impliqués dans la vie politique d'une nation souveraine unifiée.

Mais la Révolution crée aussi des divisions durables dans la société française, entre les plus progressistes et les plus conservateurs.

  I-Les députés contre la monarchie absolue 

1-Création de l’assemblée Nationale

Les députés du tiers état ainsi que quelques nobles éclairés attendent des réformes:La fin de la monarchie absolue et l’égalité civile. Cependant,le roi les refuse dans son discours d’ouverture des états généraux le 5 mai.Mécontents,les députés du tiers défient l’autorité royale:le 17 juin , ils se proclament,sur proposition de Sieyès,Assemblée Nationale.Ils créent ainsi un pouvoir politique indépendant du roi et affirme représenter la nation . c’est la première étape d’une révolution politique. 

2-Serment du jeu de Paumes : Quelles conséquences ?

Le 20 juin , leur salle de réunion ayant été fermée sur ordre du roi,les députés se réunissent dans la salle du Jeu de paume. Ils prêtent alors le serment d’établir une Constitution du royaume. apres un long bras de fer entre l’Assemblée autoproclamé et le roi,ce dernier cède et demande aux députés de la noblesse et du clergé de rejoindre l’Assemblée. Le 9 juillet celle-ci se proclame Assemblée Nationale Constituante :c’est la fin de la monarchie absolue et l’affirmation du principe de la Souveraineté Nationale. 

II-La révolution populaire contre les privilèges ? 

1-Début de la révolution : printemps 1789 Paris dans l’agitation

La hausse du prix du pain et le chômage exaspèrent le petit peuple de Paris.la menace de banqueroute de la monarchie inquiète la bourgeoisie . La réunion des états généraux , puis la révolution des députés du tiers états suscitent des espoirs. Mais le renvoi du ministre Necker-très apprecié des parisiens- et les rumeurs d’un encerclement de paris par l’armée font naitre une certaine inquiétude . convaincue d’une menace pesant sur elle, la population s’organise en milice et cherche des armes pour se défendre . le 14 juillet elle assiège la Bastille, forteresse et prison royale et donc symbole de l’arbitraire. La bourgeoisie parisienne forme une nouvelle municipalité et une Garde Nationale , commandé par Lafayette . Le 17 juillet, le roi cède à nouveau. Il se rend a paris et accepte d’arborer le cocarde tricolore . 

2-Les bourgeois au pouvoir :La révolution municipale !

Dans les villes du royaume, la bourgeoisie s’empare du pouvoir. Comme a Paris, de nouvelles municipalité sont mises en place : c’est la révolution municipale.  Les bourgeois très méfiants envers le peuple, forment des Gardes Nationales pour assurer l’ordre. 

3-Une véritable insurrection paysanne : «La grande peur»

En juillet et aout, les campagnes connaissent  une véritable insurrection paysanne « la grande peur » Sur la foi de simples rumeurs qui ont vite fait de se propager, les paysans s’arment, attaquent parfois les châteaux et détruisent les terriers, les textes qui symbolisent les droits seigneuriaux. La paysannerie fait ainsi sa révolution contre le système seigneurial.

Quels sont les différences entre la démocratie du XVIIIe siècle et celle du XIXe siècle ?[modifier | modifier le wikicode]

Démocratie du XVIIIe siècle :

Le concept principal de la pensée libérale consiste à placer l’individu au centre de toute réflexion, ainsi que ses droits. Ces derniers disposent de droits naturels qui doivent être garantis, et qui eux-mêmes évitent des dérives du pouvoir. La limitation du pouvoir des gouvernants occupe donc une grande place dans la doctrine libérale, et divers moyens contribuent à la mette en œuvre de manière concrète. Limiter le pouvoir étatique engendrera une plus grande autonomie à l’individu. C’est avec ces désirs nouveaux que naît la Révolution ; la revendication pour des droits inaliénables a obtenu gain de cause en les instaurant comme fondement à la Constitution française. Elle a bouleversé les institutions françaises et inspirée celle de l’Europe. Elle est marquée par l’absence de doctrines valables. La déclaration des droits de l’homme du 26 août 1789 est un mélange des idées philosophiques décrites précédemment. Elle introduit dans la réalité politique 2 notions qui constitueront les bases de l’individualisme libéral : la souveraineté nationale / les droits de l’homme. Elle réaffirme la séparation des pouvoirs.

Démocratie du XIXe siècle :

Les principales idéologies politiques:

-Le libéralisme: issu du mouvement philosophique des Lumières, le libéralisme s'est imposé comme idéologie politique dominante en Europe occidentale au XIXe siècle. Il insiste sur les libertés individuelles dites fondamentales : défense de la liberté d'opinion, d'expression, de réunion contre toute autorité.

-Le traditionalisme: le traditionalisme est un mouvement politique qui apparaît et se développe à la toute fin du XVIIIe siècle en réaction à la Révolution française. C'est donc avant tout un mouvement contre-révolutionnaire, anti-libéral et anti-démocratique.

Mise en place des régimes constitutionnels:

-A la chute de l'Empire napoléonien, la majeure partie des pays européens connaissent une évolution libérale. En 1815, les Pays-Bas, la Pologne, la Suède et la Norvège possèdent une Constitution. Après les mouvements révolutionnaires de 1830 opposant libéraux et contre-révolutionnaires, l'Espagne et le Portugal adoptent un régime constitutionnel.

-Donc la démocratie du XVIIIe siècle est synonyme de fondement de la pensé libérale et celle du XIXe siècle est synonyme de régimes politique et idéologies dans l'Europe, les XVIIIe siècle sont totalement différents.