L'Illusion comique/Acte II scène 2, commentaire no 1/Plan du commentaire

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ce document est spécifiquement rattaché au chapitre :
Acte II scène 2, commentaire no 1
de la leçon :
L'Illusion comique


  1. La mise en scène d'un personnage excessif
    1. La double personnalité de Matamore
      • Un guerrier redoutable
        • Exagérations épiques
          • Hyperboles
          • Pluriels + déterminants définis (outil de totalité)
          • Dénombrement : « mille »
        • Un homme qui sème la terreur
          • CL de dévastation
      • Un séducteur exceptionnel
        • Le parfait galant
          • Négation exceptive, perfection de son personnage
          • Voc. précieux (préciocité) : « petit archer » (périphrase), « bel œil » (synecdote, métonymie)
          • Hyperboles valorisantes
    2. Un portrait ridicule
      • Des constructions héroï-comiques
        • Voc. guerrier l'emporte sur l’amour, CL déagrément : « nuisaient », « empêcher », « accablaient »
        • Prs. défini par la négative (vide, immatériel)
      • Une logorrée incontrollable
        • Actions = paroles + effet d'échos pur
        • La sonorité du son [r]
        • Un corps verbal/virtuel (partiel, incomplet) : « je vais t'assassiner » (métanymie, futur proche, irréel), « j'ai quitté cette effroyable mine » (passé)
  2. La représentation d'un pur divertissement
    1. Une saynète comique
      • Le rôle de Clindor : un regard distancé (moqueur, interlocuteur mué)
        • Il joue le jeu de Matamore (excès) : il place Matamore au centre de la discussion
          • Négations
          • Marques de la totalité
          • Hyperboles
          • Exclamations
        • Un éloge moqueur (ironie)
          • Antithèse : « beau »/« terrible »
          • Comparatif d'égalité (a l'air positif, mais une construction qui n’a aucune valeur) : « aussi […] que »
          • Faux euphémisme (rebaisse les valeurs de Matamore) : « mécontentement »
      • Les maladresses du capitan
        • Rôles imparfaits : ruptures de ton (voc. familier)
          • Ils se placent au niveau du royauté, son comportement n’est pas noble mais grossier : ses irréputions
          • Insultes : « veillaque », « poltron »
          • Voc. familier : « j'en fus mal » (être mal avec quelqu'un), « son Jupiter »
        • Traits de caractère ambigus (inexistants)
          • Impératifs : « va, ma colère cesse », « ne sois plus en alarme » (à valeur de conseil, sont un signe de bienveillance, pas un menace)
          • Adversaires inoffensifs (les vrais adversaires de Matamore, ne sont pas des ennemis virtuels) : « ce petit archer », « ce bel œil »
    2. L'exhibition de la théâtralité (souligne le fait que la scène est la théâtralité et n’est pas réelle)
      • Matamore, un vrai comédien
        • Un être protéiforme (Protée, en perpetuel métamorphose)
          • Voc. de l’alternance : « mine » (polysémie, désigne le visage), « quand je veux » (parallèlisme), « selon qu'il me plait », « tour à tour »
          • CL du regard (donne un raison d'être au rôle de comédien) : « voir »
      • La gratuité de l’action
        • Il ne se passe rien (absence des verbes au présent d’énonciation)
          • Discours belliqueux (guerrier) : (présent de vérité générale)
          • Discours amoureux orienté vers le passé : « ce petit archer […] vient de chasser » (passé proche), « deux autres par me voir du sérail s'échappèrent » (imparfait)
          • Actions soumises au doute
        • Absence de logique
          • Antithèses
          • Parataxe (absence des connecteurs ; pas le même que l’asyndète, exprimer une idée sans connecteurs pour renforcer des idées reliés par allusion)
          • Relations logiques absurdes
    3. Un éloge des pouvoirs de l'imaginaire (pas d'influence sur le réel)
      • L'emprise du virtual au réel
        • Nombreuses références mythologiques et exotiques : présence très forte des noms propres.
        • Expressions resémantisées (rend le virtuel réel) : il rédonne du sens, reutilise des expressions, il confond le sens propre et le sens figuré, il donne du réel au irréel, parole performative (les mots valent des axes)
      • La création d'un monde où la vie est plus intense
        • Une hypotypose (phrase extremement précise et animée) V. 3-11 (présent, vocabulaire concret, accumulations, verbes de mouvement, sonorités) ; voc concret -> « muraille », « escadron », « foudre », « canon », « Empereurs », « revers » rend la description frappante
        • Scène d'aventures (vivacité du réel, 2e réplique de Matamore)
          • Simultanéité : « et » (v. 28-30)
          • Succession des sujets (« en un moment », traduit rapidité de la scène, expression temporelle, perception que des choses se passent en tandem, en même temps, dans la durée la plus courte).