Leçons de niveau 11

Invention de la citoyenneté dans le monde antique/Citoyenneté et démocratie à Athènes au Vème siècle avant JC

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Citoyenneté et démocratie à Athènes au Vème siècle avant JC
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Invention de la citoyenneté dans le monde antique
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Citoyenneté et Empire à Rome
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Invention de la citoyenneté dans le monde antique : Citoyenneté et démocratie à Athènes au Vème siècle avant JC
Invention de la citoyenneté dans le monde antique/Citoyenneté et démocratie à Athènes au Vème siècle avant JC
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Comment être citoyen?[modifier | modifier le wikicode]

Pour être citoyen athénien au Modèle:-s- il faut être né de parents ayant tous deux droits de cité et, être de naissance légitime, c'est-à-dire que les parents doivent être mariés. À 18 ans, les enfants sont inscrits au nombre des habitants d'un dème (circonscription administrative de base de la cité = commune, arrondissement) et les habitants du dème, après serment, vérifient s'ils ont l'âge exigé par la loi, s'ils sont de condition libre et de naissance légitime. S'ils seront acceptés, ils deviendront citoyens sinon ils retourneront parmi les enfants.

De 16 à 18 ans, les futurs citoyens effectuent un service militaire (obligatoire). Les éphèbes (les jeunes) sont réunis par les chefs et font, avec eux, la tournée des sanctuaires, puis se rendent au Pirée (port d'Athènes) où ils tiennent garnison. Ils y passeront la première année de l'éphébie (service militaire) et y apprendront à se battre. Durant la deuxième année, une assemblée du peuple est tenue au théâtre, les éphèbes montrent les manœuvres apprises. Ils reçoivent ensuite de la cité, un bouclier rond et une lance, leur équipement d'hoplite ; ils patrouillent aux frontières du pays et tiennent garnison dans des forts. À la fin de ses deux ans, ils sont des citoyens à part entière.

Quels sont les droits et devoirs du citoyen athénien? Comment participe-t-il à la vie de la cité?[modifier | modifier le wikicode]

L'Ecclesia et le fonctionnement de la démocratie athénienne sous Périclès[modifier | modifier le wikicode]

L'ensemble des citoyens peut participer à une assemblée appelée l'Ecclésia. Elle comporte 40 000 citoyens et se réunit 10 fois par an (1 fois par mois dans l'année athénienne) pour voter des lois, voter la guerre, le budget et l'ostracisme (bannissement d'une personne si elle est considérée comme dangereuse pour la démocratie). Elle a donc un rôle délibératif. Le jour de réunion est annoncé par des hérauts. Les réunions ont souvent lieu sur la colline de la PNYX, colline près de l'Acropole.

Cette assemblée vote ou tire au sort différents membres qui constitueront les assemblées suivantes :

Les magistrats[modifier | modifier le wikicode]

Les magistrats possèdent un rôle de commandement. Ils gèrent la politique extérieure, les affaires religieuses, les affaires économiques et des affaires municipales. Mais, ceux-ci ne perçoivent pas un misthos. Les magistrats sont environ 700, regroupés en collèges de 10. Ils sont tirés au sort ou élus (les stratèges par exemple) par l'Ecclésia pour, dans la plupart des cas, une durée d'un an athénien soit 10 mois.

La Boulé[modifier | modifier le wikicode]

La Boulé possède un rôle délibératif. Les Bouleutes préparent et font exécuter les lois, préparent l'ordre du jour de l'assemblée. Le conseil est composé de 500 bouleutes qui se réunissent au bouleutérion. Ils sont tirés au sort par l'Ecclésia parmi des candidats de plus de 30 ans. Les Bouleutes perçoivent un misthos.

L'Héliée[modifier | modifier le wikicode]

L'Héliée est un tribunal qui juge les procès privés, les procès politiques contre une loi et les magistrats qui ont échoué auprès de la Boulé. Pour chaque procès, sont tirés au sort 6 000 citoyens âgés de plus de 30 ans. Ils siègent 200 jours par an. Pour des affaires plus graves comme le meurtre, c'est au tribunal de l'Aéropage de juger. Les Héliastes perçoivent un misthos.

Les innovations de Périclès,[modifier | modifier le wikicode]

Périclès a mis en place des outils de vote et de droit de parole afin que tout le monde soit sur le même pied d'égalité. Il a par exemple inventé la machine à tirer au sort, les jetons pour voter à l'Héliée et le Clepsydre limitant le temps de parole de chaque orateur. Chaque citoyen est libre et égal en droit grâce à la démocratie.

Le tirage au sort[modifier | modifier le wikicode]

Le tirage au sort permet à n’importe quel citoyen de participer à la vie politique à chance égale. C'est utile pour avoir l'avis de toute la population et non pas seulement celui d'une personne élue. À l'Ecclesia, chaque citoyen peut en théorie être tiré au sort s'il le souhaite pour participer aux institutions de la cité. Les héliastes sont tirés au sort pour jouer un rôle essentiel de contrôle politique pendant 1 an. Pour chaque procès, des jurés, sont tirés au sort parmi 6 000 citoyens âgés de plus de 30 ans. Sur 700 magistrats, chaque fonction est occupée, en général par 10 magistrats qui sont tirés au sort ou élus pour un an. À l'époque, le tirage au sort se faisait avec une machine à tirer au sort.

Le misthos[modifier | modifier le wikicode]

Périclès a créé le misthos entre 454 et 450 avant J.C. pour encourager la participation à la vie politique. Le misthos est une rétribution de trois oboles (soit une demie drachme) par jour accordée aux citoyens athéniens qui occupaient une fonction publique, ex: (la Boulé, l'Héliée). Cela encourage les plus démunis à participer à la vie politique.

Loi réduisant la citoyenneté[modifier | modifier le wikicode]

Périclès créé une loi en -451 qui réduit la possibilité d'être citoyen Athénien. Pour accéder à la citoyenneté avec cette nouvelle loi, il faut être fils de père citoyen mais également, de mère ayant eu un père citoyen. Cette loi est la condition et la contrepartie de la mise en place du misthos.

Les limites de la démocratie[modifier | modifier le wikicode]

L'égalité est un des principes fondateurs de la démocratie athénienne. Mais par ailleurs, les femmes, les enfants, les esclaves et les métèques sont exclus de la vie politique. Cela constitue une hiérarchie avec, en haut, le citoyen (qui peut être magistrat, juge,...), en-dessous, la communauté civique avec les femmes et les enfants de citoyens, et, en bas, avec très peu de droits, les esclaves et les métèques.

De plus, le citoyen doit participer à la vie religieuse.

Chaque citoyen athénien, sous peine d’être considéré comme inutile doit voter et/ou se présenter. Il doit au minimum, proposer ses suggestions.

En quoi le théâtre est-il une école de la démocratie à Athènes?[modifier | modifier le wikicode]

Oui, c'est l'école de la démocratie[modifier | modifier le wikicode]

Le théâtre peut éduquer[modifier | modifier le wikicode]

Tout d'abord, le théâtre, comme l'école, éduque. Il apprend la démocratie. Par exemple, il l'apprend à travers les pièces de théâtre et les comédies satiriques des auteurs de l'époque (Aristophane, Euripide...). Le théâtre permet aux Grecs de se forger un avis sur la société dans laquelle ils vivent. Par exemple, certains auteurs de pièce de théâtre comme Euripide, dénoncent la démagogie de certains hommes politiques qui utilisent de belles paroles pour amadouer le peuple. Certains critiquent aussi le fonctionnement du tirage au sort, et le fait que n'importe qui puisse prendre des décisions pour le pays, y compris les pauvres et les non-instruits.

Tous les ans les éphèbes présentaient les manœuvres militaires qu'ils avaient appris au cours de leur service militaire.

Formes des bâtiments de fonctions publiques empruntées au théâtre[modifier | modifier le wikicode]

Les théâtres à Athènes sont en forme d'arc de cercle, ils ont été conçus pour que chaque personne située à un endroit des tribunes, puisse voir la même chose que la personne qui est située à son opposé. Un des plus connus, le théâtre de Dionysos situé à Athènes, construit en pierre au Modèle:-s- et qui accueille les concours des Grandes Dionysies, des fêtes religieuses.

Liberté d'expression[modifier | modifier le wikicode]

Caractéristique de la démocratie, le théâtre est le lieu d'une grande liberté d'expression puisque certaines pièces se permettent de faire la critique de la démocratie et de la société, et le public peut donner son avis sur les pièces qui sont jouées.

Le théâtre est un lieu d'égalité[modifier | modifier le wikicode]

Il y a le coté démocratique et civique égalitaire comme le placement des Athéniens dans le théâtre :

→ Les sièges réservés aux magistrats, mais pas de place attitrés pour les citoyens. Les femmes, mêmes si elles ne peuvent être actrices peuvent assister en tant que spectatrices certes placées au dernier rang. Les métèques, esclaves et même les prisonniers sont présents.

Le théâtre exprime donc la vie civique athénienne car c’est un moment de rassemblement du peuple athénien, tout le monde est concerné et peut apporter sa participation.

Mais...![modifier | modifier le wikicode]

Le théâtre prend parfois une dimension religieuse[modifier | modifier le wikicode]

Le théâtre prend une dimension religieuse lors des Grandes Dyonisies, une fête religieuse.

Parfois le public peut censurer une pièce ou siffler[modifier | modifier le wikicode]