Leçons de niveau débutant

Introduction au catholicisme/Commandements

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Commandements
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Introduction au catholicisme
Chap. préc. :Foi et doctrine
Chap. suiv. :Sacrements
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au catholicisme : Commandements
Introduction au catholicisme/Commandements
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le Décalogue (qui signifie « dix paroles »), communément appelé les Dix Commandements, est un ensemble d'instructions morales et religieuses reçues, selon la tradition biblique, de Dieu par Moïse au mont Sinaï. Pour les chrétiens, le plus grand de ces commandements, comme l'a énoncé Jésus dans l'Évangile, est d'« aimer le Seigneur, son Dieu, de tout son cœur, de toute son âme, et de toute sa pensée » suivi d'« aimer son prochain comme soi-même ». Pour les catholiques, ce commandement surpasse les Dix Commandements énumérés ci-dessous. Ceci étant dit, les Dix Commandements ne s'opposent pas à se premier commandement. Ils présentent plutôt une façon de vivre pour être en conformité avec l'amour de Dieu et de son prochain.

Les Dix Commandements[modifier | modifier le wikicode]

Dans son catéchisme, l'Église catholique reprend la version des Dix Commandements issue de la tradition juive tirés du Livre de l'Exode (chapitre 20, versets 1 à 18). Les dix commandements, dans l'ordre, selon l'Église catholique sont :

  1. Je suis le Seigneur ton Dieu Qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte.
  2. Tu n'auras pas d'autre Dieu que moi.
  3. Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.
  4. Souviens-toi du jour du sabbat.
  5. Honore ton père et ta mère.
  6. Tu ne tueras point.
  7. Tu ne commettras pas d'adultère.
  8. Tu ne voleras pas.
  9. Tu ne feras pas de faux témoignage.
  10. Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain.

Dieu laisse les hommes libres de leurs actes, mais, à travers les Dix Commandements, fait une recommandation importante sur la façon dont les hommes doivent agir pour entrer en relation avec Lui.

Aimer son prochain[modifier | modifier le wikicode]

Le commandement d'aimer son prochain est donné dans le Lévitique, le troisième livre de la Torah et de l'Ancien Testament. Jésus cite lui-même ce commandement selon l'Évangile : « Les pharisiens, ayant appris qu'il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent, et l'un d'eux, docteur de la loi, lui fit cette question pour l'éprouver : "Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?" Jésus lui répondit : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée." C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : "Tu aimeras ton prochain comme toi même." » (Évangile selon Matthieu, chapitre 22, versets 34 à 40).

Dans l'Évangile selon Luc, Jésus interprète ce que signifie « aimer son prochain » : « Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver : "Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ?" Jésus lui dit : "Qu'est-il écrit dans la loi ? Qu'y lis-tu ?" Il répondit : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même." "Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras. Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : "Et qui est mon prochain ?" Jésus reprit la parole, et dit : "Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort. Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre. Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre. Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui. Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit : 'Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour.' Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?" "C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui", répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : "Va, et toi, fais de même." » (Évangile selon Luc, chapitre 10, versets 25 à 37).

De plus, Jésus met l'emphase qu'« aimer son prochain », signifie également d'aimer ses ennemis : « Vous avez appris qu'il a été dit : "Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi." Mais moi, je vous dis : "Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et sur les injustes." Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains aussi n'agissent-ils par de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens aussi n'agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » (Évangile selon Matthieu, chapitre 5, versets 43 à 48).

Exercices[modifier | modifier le wikicode]

  1. Combien y a-t-il de commandements dans le Décalogue ?
  2. Quel est le plus grand des commandements ?
  3. Quel est le second plus grand des commandements ?