Leçons de niveau 11

Introduction à la psychologie sociale, du travail et des organisations/Autrui et performances

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Autrui et performances
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Introduction à la psychologie sociale, du travail et des organisations
Chap. préc. :Introduction
Chap. suiv. :Le groupe
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à la psychologie sociale, du travail et des organisations : Autrui et performances
Introduction à la psychologie sociale, du travail et des organisations/Autrui et performances
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Ce chapitre va vous permettre de comprendre les mécanismes de base de la psychologie sociale qui sont les fondements de la matière scientifique que l’on connaît aujourd'hui.

  • Dans un premier temps, nous allons définir 2 termes essentiels qui sont : autrui et ses performances.
  • Puis, dans un second temps, nous analyserons le lien entre autrui et ses performances au travers de deux expériences : l'expérience de facilitation sociale et l'expérience d'inhibition sociale.


Autrui[modifier | modifier le wikicode]

Autrui est un terme définissant l'autre de manière générique. En effet, dans notre vie quotidienne, nous sommes amenés à rencontrer diverses personnes de manière continue et/ou répétée dans le temps. Par exemple : le facteur, le boulanger, le professeur, le conjoint, etc.

En psychologie sociale, l'autre sera appelé « autrui », et l'individu cible d'une expérience sera appelé « sujet ».

Performances[modifier | modifier le wikicode]

La performance c’est la production d'un travail réalisé par un individu, souvent sous une contrainte de temps.
Par exemple, si dans une boulangerie, deux employés produisent des baguettes de pain :

  • Employé no 1 : 120 baguettes de pain par heure.
  • Employé no 2 : 135 baguettes de pain par heure.

Dans ce cas de figure là, l'employé no 2 est plus productif que l'employé no 1, il est donc plus performant. Nous pourrons donc dire que l'employé le plus performant sera celui qui produira la plus grande quantité de pain en un temps limité.

Pour simplifier notre démarche de démonstration, et dans une optique de psychologie du travail, nous associerons « performance » avec « productivité ».

Expériences[modifier | modifier le wikicode]

Autrui, un facilitateur social[modifier | modifier le wikicode]

Norman Triplett était un grand amateur de courses cyclistes. C'est pourquoi, après avoir observé plusieurs compétitions cyclistes, il chercha à savoir si la situation de compétition améliorait la performance des sujets ou pas.

Pour répondre à cette question, il effectue sa recherche sur des documents archivés de diverses courses cyclistes. Il étudie alors 3 types de compétitions différentes et compare la vitesse (performance) avec le contexte demandé (type de course) ; il conclu alors les résultats suivants :

Tableau synthétique des résultats de l'expérience de N. Triplett
Type de tâche Performance (temps moyen effectué) Ecart à la moyenne
Course contre la montre 39 km/h -8
Course avec l'entraineur 50 km/h +3
Course en compétition 52 km/h +5


Triplett conclu donc qu'autrui pouvait favoriser les performances de chacun des sujets du groupe. Ainsi, autrui est un élément décisif dans la réalisation d'une tâche.

Autrui, un inhibiteur social[modifier | modifier le wikicode]

En psychologie sociale, la paresse sociale décrit le phénomène suivant lequel les individus tendent à diminuer les efforts qu'ils fournissent en groupe, et ce de façon proportionnelle à la taille du groupe. Ce phénomène a été mis en évidence pour la première fois par Maximilien Ringelmann en 1882 (il était agronome et non psychologue). Il avait réalisé des travaux sur la force de tractions des bœufs de différentes races. Il s’est lancé ensuite sur l’étude de la force de traction des hommes. Il a pris des étudiants à qui il demandait de tirer sur une corde, pour mesurer la force de traction de chaque individu. Soit ils étaient seuls, soit en groupe. Or il remarque que les étudiants avaient tendance à fournir moins d’effort lorsqu’ils tiraient en groupe plutôt que seuls (mesure du pourcentage de la force).

Nombre de personnes  % de force de la personne
1 100
2 93
3 83
4 77
5 70
6 63
7 56
8 49


Ainsi, Ringelman conclu en 1883, qu'autrui pouvait diminuer les performances de chacun des sujets d'un groupe. Ainsi, autrui est un élément décisif dans la réalisation d'une tâche.

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

La psychologie sociale prend donc son essor durant la fin du XIXe siècle en Europe occidentale suite à ces 2 expériences. Ainsi, nous pouvons déjà affirmer que la psychologie sociale est une discipline passionnante où se mèlent beaucoup d'hypothèses contradictoires et complémentaires.

Pour conclure, il est certain qu'autrui influence les performances de chacun de nous au quotidien dans nos relations interpersonnelles; que ce soit de manière positive (facilitation sociale) ou de façon négative (paresse sociale).


Mots-clés: Autrui | Sujet | Performances | Facilitation Sociale | Paresse Sociale .