FRA6730-A-A18-Cours 4 : L'Anthologie Palatine

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bienvenu sur la page du Cours 4 du séminaire FRA6730-Littérature et culture numérique assuré par Marcello Vitali-Rosati. Le séminaire est offert aux étudiants du Département des littératures de langue française et aux étudiants du DESS en édition numérique à l'Université de Montréal. Le Cours 4 a eu lieu le 2 octobre 2018 et est intitulé : L’Anthologie Palatine.

Prérequis[modifier | modifier le wikicode]

Pour préparer ce cours étaient à lire :

L'Anthologie Palatine[modifier | modifier le wikicode]

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

Le Codex Palatinus 23 ou Anthologia Palatina est une série de textes et poèmes courts rassemblés et transmis par un seul manuscrit. L’Anthologie Palatine n’a pas de stemma, mais un seul manuscrit. Le manuscrit sur lequel se basent les éditions de l'Antologie se trouve à la Bibliothèque palatine de Heideberg en Allemagne pour la quasi-totalité (certaines pages se trouvent à La Bibliothèque nationale de France).

Histoire de l’Anthologie[modifier | modifier le wikicode]

L'Anthologie Palatine connue actuellement est la source de plusieurs versions et compilations :

  • Manuscrit de Constantin Céphalas daté de 900 ap. J.C. qui lui-même est un recueil issus de plusieurs sources :
    • un manuscrit de Méléagre de Gadara, appelé la Couronne de Méléagre, daté de 100 av. J.C. qui semblent provenir du recueil de Simonide de Céos (556-468 av. JC.) daté du Ve siècle av. J.C.
    • un manuscrit d'Agathias de Myrina daté de 553 av. J.C.
    • un manuscrit de Philippe de Thessalonique daté du Ie siècle av. J.C.
  • Codex Palatinus 23, un manuscrit byzantin daté de 940 ap. J.C. fondé sur le manuscrit de Constantin Céphalas.
  • Anthologia Planudea de 1301 reprenant le manuscrit de Constantin Céphalas.

pour parvenir aux éditions actuelles :

  • 1916 : Édition critique Paton, Loeb.
  • 1927 : Édition Waltz, Belles Lettres.
  • 2015 : Anthologia, CRC sur les écritures numériques.

Unité de l'Anthologie[modifier | modifier le wikicode]

  • Plus de 100 auteurs différents
  • Histoire sur 16 siècles : découverte du Codex Palatinus en 1606 à la bibliothèque d’Heideberg par Claude Saumaise.
  • Une forme métrique prédominante : l'épigramme qui commence seulement à devenir un genre littéraire et qui donc n'est pas encore établie.

Forme de l'Anthologie[modifier | modifier le wikicode]

  • Terme né au IIe siècle
  • Fragmentaire et exhaustif : les fragments se veulent représentatifs de la totalité résonne avec l’idée de la curation de contenus
  • Méléagre est le premier anthologiste. Considérant les épigrammes comme de la poésie, il en choisit pour compiler un recueil et d’en rajouter en plus de sa propre main. Il instaure des jeux intertextuels ou de dialogue entre épigrammes en utilisant la métaphore étymologique du tissage de fleurs.
  • Numérique et anthologie
  • Ressources et construction du document

Cette forme se pose alors en tension avec la conception de l’œuvre comme unité.

Qu'est ce que l'Anthologie ?[modifier | modifier le wikicode]

L'Anthologie Palatine est-elle une œuvre ?[modifier | modifier le wikicode]

Le concept d’œuvre ne suffit pas pour désigner l’Anthologie pour les raisons suivantes :

  • Frontières imprécises entre littérature et inscription, car une partie de l’œuvre n’est pas pensée comme un objet littéraire. L’intention littéraire à la source n’est pas claire. Certains des textes de l’Anthologie n’ont pas été pensés comme des poèmes.
  • Naissance d’un genre qui n’est pas littéraire mais le devient au bout de seize siècles.
  • Peut-on parler d’auteur ? Le concept diffère selon l'époque : l'auteur est ici celui qui donne autorité.
  • Épigrammes et anthologie : les fragments entrent en tension avec la totalité constituant 14 livres.

Plus que des textes, un Imaginaire[modifier | modifier le wikicode]

  • La structure anthologique se fonde sur la résonance des topoï
  • Littérature Brouhaha à la Lionel Ruffel : pas un objet érudit, mais comme un objet destiné à un public large. Il ne s’agit pas de comprendre la source du Brouhaha, mais de comprendre la réception multiple de ce Brouhaha.
  • Culture populaire

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]


Vers le Cours 5 →