Discussion:Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Travail pratique/Analyse des attentes

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

°°° CONSTANCE°°° Je comprends le sens de la phrase mais je la trouve pas explicite au niveau de la syntaxe; "les collectifs auxquels il se sent appartenir prêtant attention à ces contenus, l'individu sera naturellement enclin à y prêter attention à son tour."

Le schéma est vraiment top !

Peut-être parler de groupe d'appartenance, plutôt que collectif... C'est un détail en soit

Les HP sont intéressantes, notamment celle sur le pourcentage d'amis qui regarde les mêmes publications que nous...


Le questionnaire Google forms est ici un outil pour récolter des avis, plus qu'une enquête quantitative à part entière e (comme dans des TER) finalement ? Il faut rester méthodique, mais on peut être souple au niveau de l'application de la démarche hypothético déductive? Si j'ai bien compris... () c'est aussi intéressant au niveau du message qu'on reçoit, doit paraître sérieux ! Tout en étant des étudiants en design :)

_Arthur_ @Constance : sur la syntaxe, est-ce que ce serait plus explicite d'écrire : "dans la mesure où son entourage (i.e, composé de différents groupes d'appartenance) prête attention à ces contenus, l’individu sera naturellement enclin à y prêter attention à son tour".

Sinon, sens-toi libre de la reformuler à ta façon.

-LISA -

Alors si j'ai bien compris :
- on veut établir une hypothèse sur notre problème qui est => blocage de la régénération du capital attentionnel chez les utilisateurs des applications OK


Par contre je ne comprends pas l’hypothèse en elle même :
- les applications visent des intérêts/désirs/gouts de groupe (team fan de star wars par exemple) pour que l’individu puisse s'y reconnaitre (je suis fan de star wars et ma team aussi, il y a un écho, trop cool) ? Et donc les applications jouent sur ce sentiment de reconnaissance/appartenance à un collectif ? Vendre son attention sur les applications c'est se rassurer en tant qu'individu d'appartenir à un groupe ? et pour le coup les applications font parfaitement le job en captant notre attention H24, parce que ne plus prêter attention c'est remettre en cause notre appartenance à notre groupe ? OK je crois que je comprends.

Mais du coup, le problème est ailleurs -> les applications jouent de ce sentiment presque de "solitude" pour consommer notre attention, parce que en fait en dehors des applications, est ce qu'il y a des situations où on se sent appartenir à un collectif ? Peut être pas puisque sinon notre attention ne serait pas autant captée si on emplissait ce sentiment d'appartenance. Donc c'est bien qu'il y a un manque en dehors des applications, et que le numérique arrive très bien à le compenser ?


~~Benoît~~

Premièrement, j’aime beaucoup le problème soulevé par Lisa sur le fait que les réseaux comblent notre solitude en nous rassurant sur le fait qu’on appartient à un groupe.


Deuxièmement, vous abordez le fait que : “Autrement dit, ne pas prêter attention serait synonyme pour l'individu de remise en cause de son appartenance à ces collectifs.”. Est ce que cela ne montre pas les limites des réseaux sociaux sur le fait que ils peuvent nous mettre dans des catégories “larges” mais pas dans des catégories “très spécifiques” ?

Vous prenez l’exemple des séries Netflix mais ne pas avoir vu ou aimé la dernière série (Squid Game) nous ferait donc totalement “quitter le collectif” (des personnes qui regardent des séries ou juste celle-ci) ?

À mon avis, en étant poussé à voir des posts sur cette série pousse les personnes à quitter l’application car c’est trop spécifique et donc à aller chercher d’autres contenus qui leur plaisent et régénérer leur attention différemment ?

Sinon les hypothèses sont très intéressantes. (désolé je sais pas si ce que j’ai dit est très compréhensible)

//Manon//

Je suis d'accord avec les idées émises précédemment :)

En revanche, je pense que l'on peut largement stipuler le niveau d'influence aux groupes ou de pression sociale. Notamment pour ce qui est des séries Netflix.