Leçons de niveau 14

Certification Linux LPI/Administrateur système débutant/Examen 101/Périphériques et systèmes de fichiers Linux/Créer des partitions et des systèmes de fichiers

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Créer des partitions et des systèmes de fichiers
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Périphériques et systèmes de fichiers Linux
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Maintenir l'intégrité d’un système de fichiers
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Périphériques et systèmes de fichiers Linux : Créer des partitions et des systèmes de fichiers
Certification Linux LPI/Administrateur système débutant/Examen 101/Périphériques et systèmes de fichiers Linux/Créer des partitions et des systèmes de fichiers
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Objectifs[modifier | modifier le wikicode]

Description: Les candidats devraient pouvoir configurer les partitions disque et créer des "filesystems" sur des supports(media) tel que les disques durs. Cet objectif inclu en utilisant divers commandes diverses mkfs d'installer les partitions pour des filesystems variés, incluant ext2, ext3, reiserfs, vfat, et xfs.

Key files terms and utilities include:
fdisk
mkfs

Partitions[modifier | modifier le wikicode]

Un support peut être divisé en plusieurs partitions. Les partitions sont habituellement créées lors de l'installation, mais elles peuvent aussi être créées avec le programme fdisk ou d'autres utilitaires. Ceci permet de diviser le support en plusieurs partitions avec des systèmes de fichiers séparés et où des systèmes d'opérations peuvent être installés.

Un support IDE est reconnu comme suit :

Primary Master: /dev/hda: Full disk
/dev/hda1: First partition
/dev/hda2: Second parition
Primary Slave: /dev/hdb
Secondary Master /dev/hdc
Secondary Slave /dev/hdd

Un support SCSII est reconnu comme suit :

ID1: /dev/sda: Full disk 
/dev/sda1: First partition
ID2: /dev/sdb

Les supports U.S.B. et FireWire sont reconnus comme des supports SCSI. Une fois partitionné, il est possible de créer un système de fichier sur chaque partition.

Systèmes de fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Les systèmes de fichiers permettent d'enregistrer, re lire et de manipuler des données sur un support. Les systèmes de fichiers maintiennent une structure de données interne (meta-données) qui gardent les données organisées et accessibles. La structure de ces meta-données caractérise un système de fichiers. On peut accéder à un système de fichiers grâce à un pilote à la structure organisée des meta-données. Quand Linux démarre, il lit dans le fichier /etc/fstab la liste des systèmes de fichiers qui doivent être montés et vérifiés s'ils sont dans un état instable.

Si une panne de courant survient Linux ne pourra pas démonter proprement le système de fichiers et certaines meta-données du cache ne seront pas synchronisées avec le support. Les meta-données peuvent être corrompues.

Quand vous redémarrez le système, il détectera cela et fera avec fsck une vérification complète de la consistance de la structure des meta-données. Cela peut prendre du temps, de quelques minutes à quelques heures, selon la taille du support.

Système de fichiers journalisé[modifier | modifier le wikicode]

Journaliser un système de fichiers ajoute une nouvelle structure de données appelée un journal. Ce journal se trouve sur le disque, et avant chaque modification des meta-données faite par le pilote, elle est d’abord inscrite dans le journal. Avant chaque modification des meta-données, le journal maintient un rapport (log) de la prochaine opération.

Maintenant, si une panne de courant survient, il est seulement nécessaire de vérifier le journal. Un système de fichiers journalisé est très rapide. Il a seulement besoin de lire les rapports et de corriger la dernière opération. La récupération d’un système de fichiers ne prend que quelques secondes.

Sur un système de cluster, la journalisation permet de récupérer rapidement une partition partagée d’un node qui s'est arrêté.

Systèmes de fichiers de Linux[modifier | modifier le wikicode]

  • ext2: Ancien système de fichiers de Linux, très stable. Efficace pour les fichiers de plus de 2 ou 3 ko.
  • ext3: Extension journalisé pour ext2. Il est possible de passer d’un sytème de fichier ext2 à ext3 et vice-versa.
  • Reiserfs: Système de fichiers journalisé. De 8 à 15 fois plus rapide qu'ext2 pour manipuler de petits fichiers.
  • XFS: Un système de fichiers journalisé très puissant avec des quotas et des ACL.
  • Msdos: Système de fichiers FAT de MS-Windows.
  • NTFS (en lecture seulement): Système de fichiers journalisé de MS-Windows
  • SMBFS: Un système de fichiers permettant de monter les partages Windows ou Samba depuis Linux.
  • NFS: Network File System, système de fichiers en réseau.

...

Arbre du système de fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Un système de fichiers Linux a un répertoire au sommet de la hiérarchie appelé root (/) où sont stockés tous les sous-répertoires du système de fichiers. Les sous-répertoires peuvent être une autre partition, un répertoire distant, ou un répertoire distant accessible par le protocole NFS.

Création d’un système de fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Pour créer un système de fichiers sur une partition, utilisez la commande mkfs.

mkfs [options] -t [fstype] device [blocksize]

Options courantes :

-t [fstype] : Type de système de fichiers.
-c : Vérification de blocks défectueux sur le périfiérique avant la construction du système de fichiers.

La partition complète sera effacée et organisée avec le type de système de fichiers demandé. Il est possible de revenir en arrière.

Les types de systèmes de fichiers possibles sont : msdos, ext2, ext3, reiserfs,minix, xfs

Le paramètre [blocksize] permet d'adapter la taille des blocks à vos besoins.

Exemples :

mkfs -t msdos /dev/fd0
mkfs -t reiserfs /dev/hdd1  4096

Création de systèmes de fichiers étendu[modifier | modifier le wikicode]

Pour créer un système de fichiers étendu (ext2, ext3) sur une partition, utilisez mke2fs.

mke2fs [options] device [blocksize]

Options courantes :

-b : Spécifie la taille des blocks
-c : Vérification de blocks défectueux sur le périphérique avant la construction du système de fichiers.
-j : Création du système de fichier avec un journal ext3
-L : Définie une étiquette pour le volume du système de fichiers.

Avec mke2fs, il est possible de stocker le superblock du journal sur un autre périphérique.

Exemples:

mke2fs -b 2048 /dev/fd0 -L floppy
mke2fs -V
mke2fs 1.26 (3-Feb-2002) Using EXT2FS Library version 1.263

Surveillance de l’utilisation du disque[modifier | modifier le wikicode]

Pour afficher l’utilisation du disque, utilisez du.

du [options] [files...]

Options courantes :

-a : Tous les fichiers, pas seulement les répertoires.
-b : Afficher la taille en octets.
-c : Total
-h : Format lisible par un être humain (1K, 20M…).

Exemples:

$ du -ch Documents
112k    Documents/Cours/LPI101
4.0k    Documents/Cours/LPI102
4.0k    Documents/Cours/LPI201
4.0k    Documents/Cours/LPI202
124k    total
du -sk ~ # Affiche la taille totale en kilo-octets
du -ak ~ | sort -n more # Affiche tous les fichiers et leur taille par ordre croissant.

Espace disque du système de fichiers[modifier | modifier le wikicode]

Un système de fichiers est composé d'une structure de meta-données et d'une liste de blocks. Pour afficher, l’utilisation de l'espace du disque, utilisez df.

df [options] [files...]

Options courantes :

-a: Inclure tous les systèmes de fichiers avec 0 blocks.
-t: Limiter la liste à un type de système de fichiers.
-h: Format lisible par un être humain (1K, 20M…).

Exemples:

$ df -t reiserfs -h
F           1k-blocks      Used Available Use% Mounted on
/dev/hda3             28771528   3121536  25649992  11% /
$ df -t ext2 -h
Filesystem            Size  Used Avail Use% Mounted on
/dev/hda1              15M  3.8M   10M  27% /boot