Recherche:OpenLabs/Cartographie des articles de presse francophone sur les fablabs

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ce papier a pour objectif d’analyser la couverture médiatique du phénomène. La cartographie a été réalisée sur un corpus de textes issus de la base Factiva (presse francophone) avec les mots clés (fablab). Elle s’intègre dans une enquête sociologique et ethnographique conduite depuis novembre 2012 sur les fablabs français (Lhoste and Barbier, 2016). Le corpus a été analysé sur la plateforme CorTexT.

Les matrices de contingence sur les catégories de presse identifient une communication locale (rubriques événements de la PQR) et une communication plus généraliste, même dans la PQR. Ce qui pourrait confirmer que certains fablabs locaux ont pris en charge la com et que la question des fablabs est reprise par la presse locale avec des acteurs très présents dans certaines régions (Ouest France notamment), pas seulement pour annoncer les évènements locaux (horaires d’ouverture du fablab dans les pages ad hoc locales) mais aussi pour des articles de fond sur les fablabs d’une part, et sur l’impression 3D d’autre part. L’éducation populaire avec des acteurs comme les petits débrouillards et les centres de culture scientifique et technique, l’open source (entreprises comme Dassault) et l’économie collaborative sont mentionnées. On notera enfin que les mots clés dans les clusters font référence autant à l’économie conventionnelle qu’à l’économie sociale et solidaire.  

En conclusion, les fablabs ont retenu l’attention de la presse. La communication émane des institutions nationales, de certains fablabs (Lannion, Neuchatel…). Des acteurs du réseau comme Pascal Minguet (fablab Net-iki) entretiennent des relations personnelles avec les journalistes.  Les collectivités locales sont peu présentes dans la presse alors qu’elles jouent un rôle de coordination et de financement dans les territoires.

L’analyse de la presse permet de confirmer les hypothèses émises à partir de l'étude ethnographique. Cependant, elle ne reflète qu’une partie du phénomène. Seules les institutions nationales et certains fablabs ont une stratégie de communication.

Il serait nécessaire de mieux cerner le rôle des institutions locales à travers des données chiffrées (cour des comptes, rapports, entretien auprès des coll terr...).

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Les laboratoires ouverts ou open labs (fablabs, (bio)hackerspaces, makerspaces, living labs, tiers lieux….) constituent une cosmologie de lieux de conception et de partage de connaissances (Mérindol et al, 2016). Ce sont des espaces de co-création multidisciplinaires qui portent des discours sur l’entrepreneuriat, l’ouverture et la démocratisation de l’innovation. Grâce à la rencontre et l’échange entre personnes et organisations issues de mondes divers sur un territoire, ils favoriseraient l’innovation distribuée (von Hippel, 1988).

Pour ce faire, j’ai constitué un corpus des articles de presse en langue française mentionnant les termes « fablab, fab lab, hackerspace, makerspace » de janvier 2008 à décembre 2017 dans la base de données Factiva. Les questions posées au corpus :

·        quelle est la couverture médiatique du phénomène fablab ?

·        qui parle ? de quoi ? A qui ?

·        quels sont les acteurs prépondérants ? de quoi parlent-ils ?

·        Comment adresser la question de la répartition géographique dans la mesure ou on n’a pas que de la presse régionale + peu de presse extranationales mais contenus sont parfois très localisés ?

·        Comment est ce que cela évolue dans le temps ?

La chaine de traitement mise en place[modifier | modifier le wikicode]

·        Analyse descriptive du corpus : répartition dans le temps, sociétés citées, type de presse

·        Carte sémantique : répartition des clusters, contenu lexical, acteurs de la presse

o  Betweenness : pas trouvé comment faire cette analyse qui permettrait d’expliciter les liens entre clusters.

·        Matrice de contingence (chi2) pour analyser la repartition des articles en fonction du type de presse (PC terms terms x source).

·        Les 10 premiers journaux et les 10 premiers mots clés :

o  Ouest France, 600 articles très corrélés avec « espace aquatique » ca d des évenements grand public. PQR = événementiel.  Corrélation avec une d’épidémie d’événementiel sSur google trends (fablab + « soirée débat » 100 par jour).

o  Usine nouvelle avec cinq ans et chiffre d’affaires cad des articles plus de fond sur le phénomène.

o  Certaines régions ont une presse plus mobilisée que d’autres. Exemple Ouest France. Cela peut venir des medias qui ont une oreille habituée, du monde socio économique qui a plus de relations presse sur ce thème, ou du politique.

·        Ensuite, réindexer le corpus en catégories de presse : PQR, PQN, PS professionnelle, Mag, Agence. Je n’ai pas réussi a indexer deux journaux (deux articles), ce qui explique pourquoi la matrice de contingence contient plus de catégories que celles citées plus haut.

·        Pour étayer une hypothèse (organisation distribuée en Bretagne préexiste au phénomène des fablabs), je peux analyser le corpus plus en détail.  Je l’ai analysé sur sur le champ Région pour la PQR et couper par périodes. Analyse Bumpy (sur toute la période ou découpé en périodes). Je n’ai pas trouvé l’analyse bumpy.

·        J’ai analysé les « entities » dans les termes. Cela permettrait de voir si des noms propres émergent et sont attachés à des sources. J’ai trouvé les noms propres que je connais. Mais les listes produites étaient très sales. En fait, les organisations étaient mélangées avec les gens. Je n’ai pas poursuivi.

____________________________________

Résultats de l’analyse Factiva du 13 avril 2018[modifier | modifier le wikicode]

1er janvier 1999- 31 décembre 2017

Français

Base de données Factiva

Text fablab or “fab lab” or hackerspace or makerspace or fablabs or “fab labs” or hackerspaces or makerspaces
Date 1er janvier 2008 à 31 décembre 2017
Source Toutes les sources
Auteur Tous les auteurs
Société Toutes les sociétés
Sujet Tous les sujets
Secteur économique Tous les secteurs économiques
Région Toutes les régions
Langue Français
Résultats trouvés 9358 documents

1er article dans La Tribune du 24 janvier 2007. « Une usine à fabriquer des objets chez soi »

Dans les 9358 articles, Ouest France et La dépêche du midi sont les sources les plus mentionnées

La cartographie sur toute la période, 8 clusters de petite taille

o  3 clusters hyperlocaux correspondant aux premiers fablabs (Ouest France, République du Centre  Est républicain = PQR. Annonces d’évènements

o  3 clusters institutionnels : Fleur Pellerin (Nord Littoral, AFP et La tribune) Mairie de Paris (Inrocks, Les échos), modèle économique (Journal des entreprises, AGEFI suisse, Maine libre).

o  2 clusters généralistes tres liés : autour de l’impression 3D d’un coté et des fablabs de l’autre  (PQR et PQN).

Sur 2 périodes homogènes, on retrouve la même clusterisation, mais l’analyse dynamique permet de mieux situer les sources à l’intérieur de chaque cluster (1 fablab et/ou 1 personnalité du réseau) :

·        1-83 (2007-2016) 6 clusters :

o  2 clusters institutionnels : Halle Freyssinet / caisse des dépots (Usine nouvelle), Dassault / conception numérique (Le Temps, AGEFI suisse, Le progrès). =PqN PS

o  2 clusters généralistes tres liés : autour de l’impression 3D d’un coté et des fablabs de l’autre  (PQR et PQN).

o  2 clusters évènements locaux : comité des fete et salle polyvalente bassins ludiques et TI Dour ( Ouest France, La Cote, All Africa) LA république du Centre, Ouest France, L’Est républicain) = PQR. Annonces d’évènements

·        84-96 (2016-2017) 7 clusters :

o  2 clusters institutionnels : Economie numérique et ministre délégué, Réseaux sociaux et mairie de Paris.

o  2 clusters généralistes dont le profil est assez proche des 2 précédents. La liste des termes semble indiquer une disparition de la référence à la révolution industrielle.

o  1 cluster flou :

o  1 mini clusters : PQR éduc pop. Fort lien avec autres clusters.

Les matrices de contingence sur les catégories de presse identifient une communication locale (rubriques événements de la PQR) et une communication plus généraliste, même dans la PQR. Ce qui pourrait confirmer que la base a pris en charge sa com et que la question des fablabs est reprise par la presse locale avec des acteurs très présents dans certaines régions (Ouest France notamment), pas seulement pour annoncer les évènements locaux (horaires d’ouverture du fablab dans les pages ad hoc locales) mais aussi pour des articles de fond sur les fablabs d’une part, et sur l’impression 3D d’autre part. L’éducation populaire avec des acteurs comme les petits débrouillards et les centres de culture scientifique et technique, l’open source (entreprises comme Dassault) et l’économie collaborative sont mentionnées. On notera enfin que les mots clés dans les clusters font référence autant à l’économie conventionnelle qu’à l’économie sociale et solidaire.  

En conclusion, les fablabs ont retenu l’attention de la presse. La communication émane des institutions nationales, de certains fablabs (Lannion, Neuchatel…)  et des acteurs du réseau dont certains comme Pascal Minguet entretiennent des relations personnelles avec les journalistes.  Les collectivités locales sont peu présentes dans la presse alors qu’elles jouent un rôle de coordination et de financement dans les territoires.

Conclusion et perspectives[modifier | modifier le wikicode]

L’analyse de la presse permet de confirmer les hypothèses de départ. Cependant, elle ne reflète qu’une partie du phénomène. Seules les institutions nationales et certains fablabs semblent avoir une stratégie de communication.

Il est à présent nécessaire de mieux cerner le rôle des institutions locales à travers des données chiffrées.

Des pistes :

·        chercher dans les données de la cour des comptes, des éléments sur le financement du numérique.

·        Time line = à partir des rapports du conseil numérique et d’autres instances ou d’interview de chargés de mission numérique dans les coll terr.  Rapports à lire sur le numérique : CESE, éducation, French Tech, agence numérique, Fing….et autres think tanks (aussi Alliss).