Blanche Neige (d'après Grimm)/Le cercueil de verre

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Chapitre 6 : Le cercueil de verre
bouton image vers le chapitre précédent La pomme fatale






White open book.svg

À leur retour les Nains trouvèrent Flocon-de-Neige étendue par terre, et plus aucune souffle ne sortait de ses lèvres, elle était morte.
Ils la relevèrent pour trouver le poison, dénouèrent sa robe, peignèrent ses cheveux, la lavèrent avec du vin et de l'eau, sans résultat, elle était morte.
Ils la couchèrent dans une bière et tous les sept veillèrent en gémissant pendant trois jours.
Quand ils décidèrent de l’enterrer, ils trouvèrent qu'elle avait gardé ses jolies joues si roses, qu’ils ne purent se résoudre à l'enfermer sous terre.
Ils firent fabriquer un cercueil de verre, la couchèrent à l'intérieur et gravèrent en lettres d'or son nom et qu’elle était la fille d'un roi.
Puis ils installèrent le cercueil sur la montagne et montèrent la garde à tour de rôle.
Les oiseaux vinrent aussi la pleurer ; en premier une chouette, puis un corbeau, et en dernier une colombe.

Cela faisait des mois et des mois que Flocon-de-Neige reposait, comme endormie, dans son cercueil quand un Prince s'arrêta dans la maison des sept Nains pour y passer la nuit.
Le lendemain il vit la belle endormie dans son cercueil de verre sur la montagne, et lut l'inscription en lettres d’or. Il dit aux Nains :
« Donnez-moi ce cercueil, je vous donnerai ce que vous voudrez. »
Mais ils refusèrent :
« Nous ne te le donnerons pas pour tout l'or du monde. »
Offrez-le moi, je ne saurais plus vivre sans la regarder et je vous promets de la chérir et de l'honorer comme mon trésor le plus cher. »
En entendant ces paroles, les Nains eurent pitié et lui offrirent le cercueil en verre et la belle endormie.

Le Prince fit transporter le cercueil à dos d'homme par ses serviteurs mais ils trébuchèrent sur un roncier et le choc fit remonter le morceau de pomme de la gorge de Flocon-de-Neige qui ouvrit les yeux, souleva le couvercle, se redressa et revint à la vie.
« Où suis-je ? demanda-t-elle.
Le Prince, transporté de bonheur, lui répondit :
Tu es avec moi !
Il lui raconta ce qui s'était passé depuis son accident et ajouta :
« Je t'aime plus que tout au monde ; viens avec moi au château de mon père et épouse-moi. »

Flocon-de-Neige accepta de le suivre et le mariage fut célébré en grande pompe. Sa belle-mère fut invitée : une fois revêtue de tous ses atours, elle posa la question rituelle à son miroir magique :


« Miroir, Miroir suspendu au mur,
Qui est la plus belle de tous ? »


Le miroir répondit :


« Madame la reine, vous êtes la plus belle ici,
Mais la jeune Reine est mille fois plus belle ! »


Cette femme monstrueuse se mit à jurer, ne sachant plus que faire mais bien obligée d'aller à la rencontre de la jeune Reine.
En reconnaissant Flocon-de-Neige, elle se figea de terreur.
On avait mis à chauffer des pantoufles de fer sur des braises, on les lui apporta avec des pincettes, elle dut les enfiler et danser jusqu'à ce que mort s'ensuive.