Amphitryon 38/Acte I scène 5, commentaire no 1

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Acte I scène 5, commentaire no 1
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Amphitryon 38
Chap. préc. :Résumé
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Amphitryon 38 : Acte I scène 5, commentaire no 1
Amphitryon 38/Acte I scène 5, commentaire no 1
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Voir l'extrait et le plan du commentaire.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Jean Giraudoux est un écrivain et un diplomate français de la première moitié du XXe siècle. Il est aujourd'hui surtout connu pour son théâtre qui compte des pièces célèbres comme La guerre de Troie n'aura pas lieu en 1935 et comme Électre en 1937. En 1929, il a écrit Amphitryon 38 une comédie en trois actes. Giraudoux prétendait fournir la 38e et dernière version du mythe d'Amphitryon, d'où le titre de la pièce. Dans cet extrait est une dialogue où Jupiter métamorphose en être humain avec Mercure son valet.

Questions possibles[modifier | modifier le wikicode]

  • Quelles sont les objectifs de l’auteur dans cette scène de métamorphose ?

Une situation comique[modifier | modifier le wikicode]

Des dieux désacralisés[modifier | modifier le wikicode]

Une métamorphose laborieuse[modifier | modifier le wikicode]

Une réflexion sur la condition humaine[modifier | modifier le wikicode]

Un corps mortel plein de faiblesses[modifier | modifier le wikicode]

Un esprit étriqué[modifier | modifier le wikicode]

L'éloge des imperfections humaines[modifier | modifier le wikicode]

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

Les objectifs de cette dialogue sont de situer les personnages de Mercure et de Jupiter de manière comique, tel qu'ils sont des dieux désacralisés et avec une métamorphose laborieuse, de même que raconter une réflexion sur la condition humaine sur les principes que l'être humain est un corps mortel plein de faiblesses avec un esprit étriqué mais aussi que l'éloge des imperfections humaines.