Leçons de niveau 18

Aliénation/Aliénation

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Aliénation
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Aliénation
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Modifier
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Aliénation : Aliénation
Aliénation/Aliénation
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Aliénation de l'espèce humaine[modifier | modifier le wikicode]

Constat[modifier | modifier le wikicode]

    L'espèce humaine est aliénée, physiquement, culturellement, socialement et linguistiquement, très peu d'hommes y échappent :
    • Physiquement, quand l'homme s'identifie à son propre corps physique qui n'est qu'un véhicule en non l'être mental qui le dirige.
    • Culturellement, parce que les sciences et toutes les cultures humaines, les médias, les politiques, propagent des représentations fausses, un cadre conceptuel étriqué, physique et comportementaliste, qui ignorent son être véritable. Qu'il succombe vite aux divertissements et aux distractions toxiques qui l'enfument d'émotions stressantes et de plaisirs illusoires, qui l'empêchent de penser comme il faut. 
    • Socialement, car il baigne dans un système socio-économique dont il a besoin pour vivre, qui l'exploite et l'abêtit pour mieux l'exploiter, ne lui offrant qu'un espoir d'homo producteur-entrepreneur-consommateur devenu suffisamment riche et puissant pour dominer et exploiter les autres à son tour. 
    • Linguistiquement, car ses langues vernaculaires, sont archaïques, polysémiques et lacunaires, avec des syntaxes égotiques, qu'elles véhiculent des comportements ineptes et primitifs, socialement nuisibles, dont il se sert pour penser, et quelles constituent alors une cage obscure dont son esprit est prisonnier et ne peut sortir.
    La société, Les parents, et surtout l'école, qui n'est guère plus qu'une machine à reproduire le même formatage de maîtres à élèves, dans un cycle sans fin en grande partie inconscient, sont pleinement responsables de cet abrutissement et de son aliénation de masse.

Analyse et solutions[modifier | modifier le wikicode]

Nous vivons une époque charnière, vers une meilleure gouvernance mondiale, articulant le global et le local pour traiter les questions écologiques, économiques et sociales, en tenant compte de la révolution numérique qui impacte tous les secteurs de la vie et bouleverse les équilibres anciens.

Si les problèmes se sont accumulés, c’est aussi parce que la formation des élites a été défectueuse. Et que les citoyens n’ont pas acquis suffisamment de réflexes, tout simplement parce que l’idée dominante est que l’homme arrivera à résoudre toutes les difficultés. Il y en a même qui croient à l’immortalité !

Il semble ainsi important de former chaque futur citoyen à davantage d’attention à lui-même, aux autres et à la planète, donc à acquérir une capacité accrue de résilience pour mieux faire face à une mondialité technocratique.

Augmenter, dès le plus jeune âge, chez le futur adulte sa capacité d’observation, d’écoute de l’autre, le renforcer dans l’art de discerner le vrai, de quérir l’information pertinente, acquérir une véritable confiance en soi, une ouverture d’esprit, des aptitudes à expérimenter et coopérer.

Faire en sorte que les adultes aient plus de sens poétique et de capacités à se sentir les gardiens de la planète.

Nous résumons cela par la formule :

Former des généralistes-citoyens à :

Penser, ressentir, entreprendre de manière plus solidaire.

Ce qui paraît primordial est de s’ouvrir à des réorientations des états d’esprit et des méthodes pour impulser le changement.