Leçons de niveau 11

ADN, une molécule universelle et variable/L'ADN, une molécule variable qui porte un message codé

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L'ADN, une molécule variable qui porte un message codé
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : ADN, une molécule universelle et variable
Chap. préc. :La structure universelle de la molécule d'ADN
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « ADN, une molécule universelle et variable : L'ADN, une molécule variable qui porte un message codé
ADN, une molécule universelle et variable/L'ADN, une molécule variable qui porte un message codé
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Question mark white icon.svg

Problématique

Comment le patrimoine génétique d'un individu est-il encodé sur la molécule d'ADN ?

Dans un gène, c'est la succession ordonnée de nucléotides d'une chaîne d'ADN, ou séquence, qui constitue l'information génétique sous forme codée. Le squelette sucre-phosphate quant à lui est constant.

Grâce à l'importante taille des gènes, de très nombreuses séquences sont possibles, expliquant comment la molécule d'ADN peut déterminer l'infinité de caractères observés dans le monde vivant.

Un même gène peut exister sous différentes versions : ce sont les allèles. Les différents allèles présentent des séquences nucléotidiques très proches.

Les quelques différences observées entre les allèles est la conséquence de processus aléatoire qui modifient la séquence de l'ADN : les mutations.

La variabilité génétique (diversité des allèles) repose donc sur la variabilité de la molécule d'ADN (diversité de séquence).

En gras la séquence nucléotidique de la chaîne Bêta de l'hémoglobine humaine

ACATTTGCTTCTGACACAACTGTGTTCACTAGCAACCTCAAACAGACACCATGGTGCACCTGACTCCTGAGGAGAAGTCTGCGGTTACTG CCCTGTGGGGCAAGGTGAACGTGGATGAAGTTGGTGGTGAGGCCCTGGGCAGGCTGCTGGTGGTCTACCCTTGGACCCAGAGGTTCTTTGAGT CCTTTGGGGATCTGTCCACTCCTGATGCAGTTATGGGCAACCCTAAGGTGAAGGCTCATGGCAAGAAAGTGCTCGGTGCCTTTAGTGATGGCC TGGCTCACCTGGACAACCTCAAGGGCACCTTTGCCACACTGAGTGAGCTGCACTGTGACAAGCTGCACGTGGATCCTGAGAACTTCAGGCTCC TGGGCAACGTGCTGGTCTGTGTGCTGGCCCATCACTTTGGCAAAGAATTCACCCCACCAGTGCAGGCTGCCTATCAGAAAGTGGTGGCTGGTG TGGCTAATGCCCTGGCCCACAAGTATCACTAAGCTCGCTTTCTTGCTGTCCAATTTCTATTAAAGGTTCCTTTGTTCCCTAAGTCCAACT ACTAAACTGGGGGATATTATGAAGGGCCTTGAGCATCTGGATTCTGCCTAATAAAAAACATTTATTTTCATTGC