Leçons de niveau 14

Éducation physique française au XX° siècle/L’intégration universitaire des enseignants

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L’intégration universitaire des enseignants
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : Éducation physique française au XX° siècle
Chap. préc. :Le Sport pour tous
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Éducation physique française au XX° siècle : L’intégration universitaire des enseignants
Éducation physique française au XX° siècle/L’intégration universitaire des enseignants
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Nous laisserons la question en suspens car le dernier quart de la période est marqué par deux évènements qui permettent de dépasser le débat.

  • D’abord l’intégration universitaire de la formation des maîtres avec la création des U.E.R.E.P.S. et du D.E.U.G. S.T.A.P.S. (1975), poursuivie par celles de la Licence (1977) avec alignement du C.A.P.E.P.S. sur les C.A.P.E.S. (1979), de la Maîtrise puis de l’Agrégation (1982), du 3° cycle S.T.A.P.S. Les U.F.R.A.P.S apparaissent par application de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur du 26/1/84. L’abandon du sigle E.P.S. pour celui d’A.P.S. consacrait-il une hypothétique ouverture de la formation universitaire aux cadres du sport ou la sportivisation de l’E.P.?
  • Puis l’intégration des personnels enseignant l’E.P.S. (et non la discipline comme on a coutume de le dire) parmi ceux du Ministère de l’Education Nationale le 1/1/1982 qui entraîne ipso facto la parution de nouvelles Instructions officielles le 14/11/1985 pour les collèges et le 20/3/1986 pour les lycées. Elles seront associées à de nouvelles modalités de prise en compte de l’E.P. - obligatoire au baccalauréat depuis 1959 - aux examens, compte-tenu de l’évolution propre de ceux-ci.

Cette intégration a aussi entraîné un alignement des épreuves du concours du CAPEPS sur celui des autres CAPES et l’apparition d’un corps d’agrégés. Si on ne peut que se réjouir du second évènement, il n’est pas interdit de se demander si le premier a abouti, comme pour les professeurs des écoles à une véritable amélioration du niveau de recrutement.