Première guerre mondiale/Les conséquences de la guerre

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Les conséquences de la guerre
Icône de la faculté
Chapitre no4
Leçon : Première guerre mondiale
Chap. préc. : L'arrière et la guerre totale
Chap. suiv. : Introduction
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Première guerre mondiale : Les conséquences de la guerre
Première guerre mondiale/Les conséquences de la guerre
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Un bilan humain très lourd[modifier | modifier le wikitexte]

Le bilan de la guerre est dramatique pour l'Europe: environ de 11 millions de personnes sont mortes au combat. 17 millions de blessés et de nombreux handicapés, 6,5 millions de mutilés(perte d'un membre) que l' on doit essayer de réadapter à la vie civile.La France a perdu 10%(1,4 millions) de sa population masculine active. 6 millions de personnes reviennent invalides : ce sont les "gueules cassées". À ces morts, s'ajoutent aussi les victimes de la grippe espagnole. Sur les lieux de bataille, les destructions matérielles sont très importantes, les reconstructions sont coûteuses.

Le nouveau visage de l'Europe[modifier | modifier le wikitexte]

L'Europe en 1923 après la guerre 14-18

L'Europe après la guerre a été transformée : l'Autriche-Hongrie a été divisée en plusieurs états : l'Autriche, la Hongrie, la Tchécoslovaquie ; une partie a été rajoutée à la Yougoslavie et une autre à la Roumanie. La Russie perd les pays baltes et la Pologne, qui récupère un territoire de l'Allemagne. L'empire Ottoman, allié de l'Autriche-Hongrie et de l'Allemagne pendant la guerre, perd aussi une partie de son territoire.


Tous ces changements sont décidés par le traité de Versailles en 1919 (ainsi que par celui de St. Germain-en-Laye, 1919; celui de Trianon, 1920; et celui de Sèvres, 1920) qui annonce en même temps la création de la société des nations. Les allemands se sentent humiliés par ce traité (qu'ils appellent "Diktat") et "débutent" le sentiment nationaliste.

La der des ders[modifier | modifier le wikitexte]

La guerre a des conséquences psychologiques durables. L'Europe de 1918 compte plus de 4 millions de veuves et plus de 8 millions d'orphelins. Beaucoup de monuments sont érigés à la mémoire des morts. Les rescapés dénoncent l'absurdité de la guerre. Beaucoup prônent le pacifisme. Tous souhaitent que cette guerre soit la « Der des der », c'est-à-dire la dernière des dernières (guerres). On remarque également la présence de nombreuses personnes gardant encore des séquelles physiques visibles de la Première Guerre Mondiale, qu'on nomme les « gueules cassées ». Ces personnes sont souvent rejetés par la société car ils rappellent la période de Guerre, de souffrance et de démolition.

Les révolutions russes[modifier | modifier le wikitexte]

En Russie, en février 1917, une révolution aboutit à l'abdication du tsar. Le gouvernement provisoire souhaite poursuivre la guerre en dépit du peuple qui souhaite l'arrêter. Le 24 octobre 1917 Lénine s'empare du pouvoir et arrête la guerre. Un an après, le traité de Brest-Litovsk est signé entre la Russie et L'Allemagne.

Searchtool.svg Pour plus d'information sur la révolution russe, voir Union des républiques socialistes soviétiques



Première guerre mondiale
bouton image vers le chapitre précédent L'arrière et la guerre totale